Crise des mathématiques et de la physique et réflexion philosophique de 1890 à 1910 en France

par Cédric Chandelier

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Anastasios Brenner.

Le jury était composé de Michael Heidelberger, Pascal Nouvel.

Les rapporteurs étaient Bernadette Bensaude-Vincent.


  • Résumé

    La réflexion des épistémologues français, dans les années 1890-1910, auplus près des transformations que connaissent alors les mathématiques et laphysique, prend la forme de la réhabilitation d’un lien naturel entre les sciences et laphilosophie, et aboutit à l’institutionnalisation de ce lien. Les débats qui opposentl’intellectualisme à l’anti-intellectualisme révèlent un continuisme historiqueparadoxal. La conscience épistémologique se présente comme le reflet dumouvement qu’elle imprime à la base de toute théorie. L’union duconventionnalisme et du bergsonisme dans un nouveau positivisme, celui de« l’esprit », tend à faire de la thèse de la liberté une « doctrine ». Les résistancesmétaphysiques qui s’expriment face à la dogmatisation de la conscienceépistémologique, au lieu d’affaiblir la tendance à l’inachèvement d’un état critiqueessentiellement compréhensif et durable, nourrissent l’imperfection de la synthèsenaissante. L’intellectualisme et l’anti-intellectualisme se rejoignent dans unrenoncement définitif à l’hypothèse de la chose en soi. L’ambition conventionnalistede concilier création et accord éloigne le courant épistémologique « nouveau » deses sources poincaréenne et bergsonienne, qui permettent de mesurer la portéeontologique de la relativité scientifique.

  • Titre traduit

    Mathematics and physics crisis and philosophical reflection between 1890 and 1910 in France


  • Résumé

    Between 1890 and 1910, the reflection of French epistemologists – inspiredby the transformations in physics and mathematics – take the form of therehabilitation of a natural link between science and philosophy, which ends in aninstitutionalisation of that link. The debates that pit intellectualism against antiintellectualismreveal a paradoxical historical continuism. Epistemologicalconscience presents itself as a reflection of the movement which is imparted to thebasis of every theory. The union between conventionalism and Bergsonism in a newpositivism, the one of “spirit”, tends to turn the thesis of liberty into a “doctrine”.The metaphysical resistances which oppose dogmatisation of epistemologicalconscience, instead of weakening the tendency towards incompletion of anessentially comprehensive and enduring critical condition, nourish the imperfectionof the incipient synthesis. Intellectualism and anti-intellectualism concur in adefinitive renunciation of the thing-in-itself. The conventionalist ambition toreconcile creation and agreement estranges the “new” epistemological current fromits Poincarian and Bergsonian sources which make it possible to measure theontological range of scientific relativity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.