L'internement administratif en Provence - Côte d'Azur à la libération

par Laurent Duguet

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Jean-François Muracciole.

Le président du jury était Philippe Buton.

Le jury était composé de Jean-François Muracciole, Philippe Buton, Bernard Lachaise, Olivier Dard.

Les rapporteurs étaient Bernard Lachaise, Olivier Dard.


  • Résumé

    Le sujet de cette thèse traite des seize camps d’internement administratif implantés dans les six départements de la région Provence Côte‐d’Azur entre la Libération et décembre 1945. Dans cette région libérée, mais économiquement exsangue et encore en guerre dans sa partie orientale jusqu’en mai 1945, nous nous demanderons si l’internement administratif, un outil de l’épuration quasiment absent de l’historiographie régionale, est déconnecté des tensions propresà ce territoire ou si, au contraire, il les cristallise. Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur la mise en pratique des textes normatifs qui donnent lieu à la création et à l’aménagement des centres de séjour surveillé dans la région R2 au cours des premières semaines chaotiques de la Libération. Une seconde partie porte sur l’organisation des campsdans tous ses aspects : les recherches de financement, le quotidien des internés, le ravitaillement et le transport, l‘état sanitaire, le recrutement du personnel et la sécurité des camps. La troisième partie propose une étude des populations internées ainsi qu’une approche sociologique constituée à partir d’un échantillon de 624 internés des centres de séjour surveillé de Saint‐Mitre (Bouches‐du‐Rhône), de Sorgues (Vaucluse) et de Saint‐Vincent‐les‐Forts (Basses‐Alpes). Avec lafin de la Seconde Guerre mondiale, cette thèse explore enfin la dissolution des camps et les nouvelles affectations de ces lieux, tout en abordant la question du risque mémoriel.

  • Titre traduit

    Administrative internment in Provence‐Côte d’Azur during the liberation


  • Résumé

    The subject of this thesis deals with 16 administrative internment camps planted in the six departments of the Provence Côte d’Azur region between the liberation and December 1945. In this liberated, but economically sapped region that was still at war in its eastern parts until May 1945, we ask ourselves if administrative internment, as a tool for purification practically absent in the region’s historiography, is it disconnected from the real tensions of this territory or if, on the contrary, it crystallized them. First of all we ask ourselves about how the various texts for creating and transforming the guarded centers in the region R2 during the chaotic days of the liberation came about. In the second part there is the examination of the organization of the camps in all their aspects: looking for finance, daily life for the internees, the transport, state of health, the recruiting of the personal, and the security of the camps. In the third part a study is proposed of the population of internees as well as a sociological approach made up from a sample of 624 internees from guarded centers in Saint‐Mitre (Bouches‐du‐Rhône), in Sorgues (Vaucluse) and in Saint‐Vincent‐les‐Forts (Basses‐Alpes). With the end of the second world war, this thesis explores the dismantling of the camps and the new uses of these sites, addressing thequestion of the risks of memorials.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.