Le refuge huguenot du cap de Bonne-Espérance : genèse, assimilation, héritage

par Marilyn Garcia-Chapleau (Garcia)

Thèse de doctorat en Études du Monde anglophone

Sous la direction de Pierre Lurbe et de Gilles Teulié.

Le président du jury était Bertrand Van Ruymbeke.

Le jury était composé de Pierre Lurbe, Gilles Teulié, Bertrand Van Ruymbeke, Helen Goethals, Charles-Edouard Levillain.

Les rapporteurs étaient Bertrand Van Ruymbeke, Helen Goethals.


  • Résumé

    Entre 1670 et 1700, 260 protestants français fuyant les persécutions religieuses ont gagné le poste de ravitaillement créé en 1652 par la Compagnie hollandaise des Indes orientales (la VOC) au cap de Bonne-Espérance. Ces réfugiés devaient mettre en valeur des terres nouvellement colonisées et fournir des vivres aux navires de la Compagnie en transit entre l’Europe et l’Asie. La communauté huguenote est rapidement entrée en conflit avec les dirigeants locaux de la VOC dont la politique visait l’assimilation des protestants français dans la communauté hollandaise dominante. Les différends ont porté sur la gestion des propriétés foncières, sur le commerce avec les indigènes et les équipages en transit, sur l’utilisation de la langue française dans les domaines administratif et culturel, ainsi que sur l’autonomie politique de la communauté huguenote. En outre, bien qu’ils partageassent la même foi calviniste, les conditions de la pratique religieuse devaient être approuvées par les autorités du cap. [etc.]

  • Titre traduit

    The Huguenot Refuge at the Cape of Good Hope : Genesis, Assimilation, Heritage


  • Résumé

    Between 1670 and 1700, 260 French Protestants fleeing religious persecution reached the refreshment station founded in 1652 by the Dutch East India Company (VOC) at the Cape of Good Hope. The refugees’ task was to develop newly colonised land and provide supplies for the Company’s ships in transit between Europe and Asia. The Huguenot community quickly came into conflict with the VOC local authorities, who were intent on assimilating the French Protestants into the dominant Dutch community. Their disputes revolved around the land grants, trade with the indigenous people and passing ships, the use of the French language in the administrative and cultural fields, as well as self-governance of their own community. Additionally, conditions of religious practice had to be approved of by the Cape authorities, despite the fact that the French and Dutch shared the same Calvinist faith.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.