Le critère de démarcation de Karl R. Popper et son applicabilité

par Jacques Michel-Bechet

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Pascal Nouvel et de Anastasios Brenner.

Le jury était composé de Pascal Nouvel, Anastasios Brenner, Jean Gayon, Olivier Perru, François Henn.

Les rapporteurs étaient Jean Gayon, Olivier Perru.


  • Résumé

    La réfutabilité de Karl Popper (1902-1994) définit à la fois la norme de la connaissance scientifique et se présente comme le critère du caractère empirique de toute théorie scientifique. La thèse rend compte de l’ambigüité d’une épistémologie qui s’ancre dans la logique potentielle tout en prétendant à l’effectivité pratique. Il est impossible avec un tel critère de statuer sur la scientificité de disciplines aussi diverses que le marxisme, la psychanalyse, la théorie de l’évolution, l’astrologie, étudiées par Popper et exclues du domaine des sciences pour absence de prédictibilité. La thèse met aussi en évidence que, bien que très influente en biologie, l’épistémologie normative de Popper n’a jamais été vraiment appliquée, même par ses épigones tel Jacques Monod, et n’est pas applicable. Les raisons de ces échecs doivent être recherchées non seulement dans la logique potentielle, mais aussi dans le modèle déductif-nomologique, au fondement du critère et qui deviendra la norme de toute science empirique. Si le modèle D-N d’explication, formalisé plus tard par Carl Hempel, peut servir à la construction du modus operandi de la réfutation en physique, il ne peut prétendre à l’opérabilité dans les disciplines où l’existence de lois demeure problématique et la notion de prédiction plurielle comme en biologie. Enfin la thèse, s’appuyant sur l’analyse critique de l’épistémologie poppérienne, propose une typologie des prédictions, précise la spécificité des énoncés biologiques et envisage un autre critère de scientificité qui prenne davantage en compte la science en action.

  • Titre traduit

    The Karl R. Popper's criterion of demarcation and its applicability


  • Résumé

    Karl Popper's falsifiability (1902-1994) defines at the same time the standard of scientific knowledge, and is presented in the form of a criterion of the empirical character of any scientific theory. The thesis reflects the ambiguity of an epistemology that is grounded in potential logic while aiming practical effectivity. It is impossible with such a criterion to rule on the scientificity of disciplines as diverse as Marxism, psychoanalysis, the theory of the evolution, astrology, studied by Popper and excluded from the field of sciences for lack of predictability. The thesis also highlights that, although very influential in biology, Popper’s normative epistemology has never really been applied, even by his followers like Jacques Monod, and is not applicable. The reasons for these failures must be investigated not only in potential logic, but also in the deductive-nomological model, the basis of the criterion, and which will become the norm in empirical science. If D-N model of explanation, formalized later by Carl Hempel, can be used for the construction of the modus operandi of the falsification in physics, it cannot be applied in the disciplines where the existence of laws remains problematic and where the concept of prediction is plural, live in biology. Finally the thesis, based on a critical analysis of Popper’s epistemology, proposes a typology of predictions, specifies biological statements and tries to look at another criterion of scientificity that takes greater account of science in action.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.