Gestion viable et résilience de la petite pêche côtière des îles coralliennes

par Pierre-Yves Hardy

Thèse de doctorat en Ecologie économique

Sous la direction de Luc Doyen et de Christophe Béné.

Le président du jury était Jacques Weber.

Le jury était composé de Christian Chaboud, Olivier Thébaud, Jean-Christophe Soulié.

Les rapporteurs étaient Guillaume Deffuant, Philippe Cury.


  • Résumé

    Atteindre les différents Objectifs du Millénaire pour le Développement que sont la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, et la conservation de la biodiversité, constitue un défi pour les îles coralliennes. Dans cette perspective, les petites pêcheries côtières jouent un rôle crucial et plus particulièrement dans la région subtropicale du Pacifique Sud-Ouest. Cette thèse, par la prise en compte de déterminants économiques et écologiques a pour objectif d’identifier des stratégies de gestion permettant d’assurer à la fois la viabilité et la résilience des pêcheries ainsi que de la biodiversité marine dont elle dépend. Elle s’appuie sur le cas d’étude des Iles Salomon. Pour ce faire, plusieurs modèles bio-économiques dynamiques sont développés en intégrant l'aspect multi-flottilles de la petite pêche côtière ainsi que la mutitude d'espèces pêchées; les poissons coralliens, les holothuries et la bonite, une ressource pélagique plus facilement capturée près des côtes en utilisant des « Fishing Aggregative Devices » (FADs). Les paramètres des modèles sont calibrés en utilisant à la fois des données locales propres aux Iles Salomon, et des données issue de la littérature sur les écosystèmes coralliens. Le choix de l’effort de pêche comme variable de contrôle du système nous permet de prendre en compte la flexibilité des systèmes traditionnels locaux de gestion des pêches, fréquemment rencontrés dans la région Pacifique. Les scénarios et les projections dérivés du modèle sont comparés en utilisant des critères de viabilité. La co-viabilité du système est atteinte en équilibrant les contraintes écologiques et économiques, définies à partir des besoins de conservation de la biodiversité, de sécurité alimentaire et de niveaux monétaires minimaux. Nous proposons en outre de mesurer la résilience du système en mobilisant le concept de temps de crise. Cette recherche présente une série de résultats importants : en premier lieu, l’analyse des scénarios met en évidence la nécessité d’ajuster l’effort de pêche en direction de la ressource en bonite, pour pouvoir assurer la co-viabilité du système à l’horizon 2050. En deuxième lieu, l’utilisation des simulations basées sur la théorie des jeux montre que la coopération entre pêcheurs pour la redistribution des captures de pêche peut favoriser la viabilité et la résilience de tout le système. En dernier lieu, en tenant compte des incertitudes écologiques et économiques dans les dynamiques du modèle, celui-ci montre que les FADs peuvent jouer un rôle majeur dans la viabilité et la résilience des petites pêcheries côtières. D’une manière générale ces différents résultats mettent en évidence l’importance de l'approche écosystémique pour la gestion, et la nécessité de planifier judicieusement le développement de la petite pêche côtière de la bonite


  • Résumé

    The achievement of the Millennium Development Goals including poverty alleviation, food security together with biodiversity conservation is seriously challenged in coral reef regions. In this context, the role played by small-scale fisheries is critical, especially in the sub-tropical South West Pacific region. Using the Solomon Islands as a case-study, the present thesis aims to identify management strategies that ensure the sustainability and resilience of both fisheries and the underlying marine biodiversity, accounting for macro and micro-level ecological and economic drivers. To do so, we develop several bio-economic dynamic models that account for multi-fleets and multiple coral reef species, holothurians as well as skipjack tuna, a pelagic resource that can be caught inshore using Fishing Aggregative Devices (FADs). Parameters of the models are calibrated using both local data from the Solomon Islands and relevant literature on reef ecosystems. The choice of the fishing effort as control variable in the system allows us to account for the flexibility of the local customary marine tenure systems frequently found in the Pacific. Scenarios and projections derived from the model are compared using viability criteria. The co-viability of the system is satisfied by balancing ecological and economic constraints that are defined by biodiversity conservation, food security and minimum cash requirements. In addition we propose to measure the resilience of the system through the concept of time-of-crisis. The research points out to a series of important results: first, scenarios analysis highlights the need to adjust fishing effort in favour of the tuna resource in order to secure co-viability at the 2050 horizon. Second, simulations and game theory are used to show how cooperation amongst fishers with a particular fish catch allocation can foster the viability and resilience of the whole system. Third, while accounting for ecological and economic uncertainties in the dynamics and state of the model, the model shows on how FADs can play a major role for the viability and resilience of the small-scale fishery. Overall these different results emphasize the importance of ecosystem-based management approach, and the need for the carefully planned development of small-scale tuna fisheries

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (199 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 157-195

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2013 -- 5
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.