Gaston Berger, les sciences humaines et les sciences de l’ingénieur : Un projet de réforme de la société

par Marie-Pierre Escudie

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jacques Michel et de Michel Faucheux.

Soutenue le 06-12-2013

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec ECP-Education cultures politique (laboratoire) .

Le président du jury était Gilles Pollet.

Le jury était composé de Carole Plossu, Pierre Kahn.

Les rapporteurs étaient David Cumin, Pierre Lamard.


  • Résumé

    Notre thèse étudie la pensée et l'action de Gaston Berger et plus particulièrement la philosophie en action qui était la sienne au sein d’un projet de réforme de la société. Par une démarche reconstructive de l’œuvre, nous questionnons chez l’auteur les liens entre philosophie et politique dont la mobilisation se veut une réponse à la crise spirituelle et morale présente en Europe au XXe siècle. En s’inspirant de la phénoménologie, Berger affirme la nécessité d’une métaphysique, seule à même de penser le monde social tel qu’il apparaît. Il construit cette recherche à partir de l’idée d’intentionnalité ainsi que de l’anthropologie prospective, sources d’un savoir sur l’esprit humain, qui lui permettent de penser la figure du « philosophe en action », lequel doit posséder un rôle décisif dans les réformes sociales et politiques. Le projet de réforme de la société, tel que Berger le met en œuvre au travers de l’éducation, concerne d’abord la formation des ingénieurs. Ainsi s’élabore une « politique de l’esprit », qui met en avant le rôle essentiel de la philosophie et des sciences humaines et sociales dans le renouvellement intellectuel et politique de la fonction de l’ingénieur. Elles permettent, selon Berger, de replacer science et technique dans la culture et de comprendre ce qui fait l’humanité de la pratique des ingénieurs et la distingue d’une simple activité technique. En cela, cette thèse étudie la création de l’INSA de Lyon en 1957 comme le témoignage exemplaire de cette politique.

  • Titre traduit

    Gaston Berger, human sciences and engineering sciences : A project to reform society


  • Résumé

    The present thesis explores the thought and action of Gaston Berger and especially his “philosophy in action” in a project to reform society. In a reconstructive process of his work, we question the author’s view of the relationship between philosophy and politics, which mobilization is seen as a response to the spiritual and moral crisis in Europe in the 20th century. Inspired by phenomenology, Berger claims the necessity of metaphysics as the only way to think the social world as it appears. He builds this research on the idea of intentionality and prospective anthropology, sources of knowledge about the human mind, which allows him to think the figure of the "philosopher in action" with a decisive role in the social and political reforms. The proposed reform of society, such as Berger implements through education, concerns at first the training of engineers. This is how a “politics of the spirit” is developed, which highlights the essential role of philosophy, human and social sciences in the intellectual and political renewal of the engineer’s function. They allow, according to Berger, to put science and technology back into culture and understand what makes the humanity of engineer’s practice and distinguishes it from a mere technical activity. In that respect, this thesis studies the creation of the INSA in Lyon in 1957 as the exemplary expression of this policy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.