Remploi textuel, invention et art de la mémoire : les Sermones ad status du franciscain Guibert de Tournai († 1284)

par Marjorie Burghart

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicole Bériou.

Le président du jury était Jacques Berlioz.

Le jury était composé de Franco Morenzoni, Alexis Charansonnet, Silvana Vecchio.


  • Résumé

    La collection de sermons ad status du maître franciscain Guibert de Tournai († 1284), inscrite dans le nouvel art de prêcher qui se développe au XIIIe siècle, est surtout connue pour la particularité de son organisation, qui répartit les sermons selon les états de vie d'auditoires plutôt que selon les occasions du temps liturgique. Cette thèse réalise un bilan et une actualisation des connaissances sur l'auteur et la collection, ainsi qu'une analyse approfondie de cette œuvre, assortie d'une transcription intégrale. Elle ouvre également la voie d'une réinterprétation du remploi littéraire chez Guibert de Tournai, et propose une lecture nouvelle du découpage ad status à la lumière de la mnémotechnique et des arts de la mémoire. Le premier chapitre fait un bilan des connaissances sur Guibert de Tournai. Enfant de la bourgeoisie flamande, il reste fidèle à sa terre d'origine et aux hommes qu'il a connus ici, bien longtemps après que ses études et son engagement dans l'ordre franciscain l'ont amené à Paris. Intellectuel fécond dans des genres variés, son œuvre laisse entrevoir une personnalité éprise de mystique et de contemplation. Personnage proéminent dans le paysage intellectuel parisien des années 1260, en relation avec de grands personnages politiques et intellectuels de son temps, il s'intéresse aussi aux questions de formation et de transmission du savoir, et bien évidemment à la prédication que nous le voyons pratiquer, grâce à des reportations parisiennes, jusqu'au soir de sa vie. Le deuxième chapitre est consacré à la présentation et l'analyse détaillées de la collection ad status. La tradition en est foisonnante, compliquée par quelques accidents conjoncturels dans la transmission du texte. Elle laisse tout de même entrevoir un texte qui semble relativement stable. Dans son contenu, systématiquement analysé, la collection est un bel exemple de « sermons modernes » dans sa manière d'arranger la matière prêchable, en se servant de très nombreuses distinctiones pour structurer les textes. Le troisième chapitre explore le rapport de Guibert à l'intertextualité ou « remploi » littéraire. Le maître franciscain puise volontiers sa matière dans d'autres œuvres : son remploi des Sermones vulgares de Jacques de Vitry dans ses sermons ad status est connu de longue date, mais il a aussi trouvé chez Guillaume d'Auvergne une partie de la matière première des sermons sur les sacrements. Les emprunts à Jacques de Vitry, mesurés grâce à l'indicateur des exempla, se révèlent moins systématiques et plus complexes qu'on aurait pu le penser, montrant à quel point le remploi littéraire faisait partie intégrante du processus de création, pour Guibert comme pour d'autres auteurs médiévaux. Le rôle des œuvres de Guibert comme réservoirs de matière, faisant à leur tour l'objet de remploi dans des œuvres de genres et d'auteurs variés, est également mis en évidence dans une série de textes. Le dernier chapitre enfin propose une nouvelle lecture du choix d'organisation ad status de la collection, une interprétation alternative du projet de Guibert. Plutôt qu'un miroir de la société réelle ou idéale du prédicateur, la composition de sermons selon des états de vie de l'auditoire peut être comprise, à la lumière des arts de la mémoire, comme un ingénieux outil mnémotechnique pour l'organisation de la matière prêchable. En faisant des status des « lieux de mémoire », Guibert a réalisé une classification thématique de la matière prêchable selon les topoi attachés aux états de vie.

  • Titre traduit

    Textual reuse, inventiveness, and the art of memory : the Sermones ad status of the Franciscan Guibert de Tournai (d. 1284)


  • Résumé

    The collection of ad status sermons by the Franciscan Guibert de Tournai (d. 1284), rooted in the new art of preaching that was developing in the thirteenth century, is best known for its particular organization, arranging the sermons according to the social position (or estate) of their audience rather than by liturgical occasions. This thesis assesses and updates our knowledge of the author and the collection, and provides an in-depth analysis of this body of work, accompanied by a complete transcription. Furthermore, the thesis paves the way for a reinterpretation of the ways in which Guibert used and adapted earlier texts, and it proposes a new understanding of the ad status division, in light of mnemonics and the art of memory.The first chapter assesses our knowledge of Guibert de Tournai. A child of the Flemish bourgeoisie, he remained faithful to his land of origin and to the men he knew there, long after his studies and his engagement in the Franciscan order had led him to Paris. Intellectually fertile in a variety of genres, his works hint at a personality passionate about mysticism and contemplation. A pre-eminent figure in the Parisian intellectual landscape of the 1260s, connected to the key political and intellectual figures of his time, he was interested in questions regarding the acquisition and transmission of knowledge, and evidently in the preaching we know – thanks to Parisian reportationes – that he practiced until his twilight years.The second chapter offers a detailed presentation and analysis of the ad status collection. There are many extant manuscripts, and their analysis is complicated by several inconsistencies in the transmission of the work, but overall and over time the text seems relatively stable. The content of the collection, systematically analysed, provides an excellent example of the “modern sermon” in the way it arranges the material for preaching, drawing on numerous distinctiones to structure the texts.The third chapter explores the link between Guibert and intertextuality or textual reuse. The Franciscan master took much of his material from other works; his reuse of the Sermones vulgares of Jacques de Vitry in his ad status sermons has been known for a long time, but he also found much of his preaching material for sermons on the sacraments in the work of Guillaume d’Auvergne. Guibert's appropriation of the work of Jacques de Vitry, measured through the use of his predecessor's exempla, is revealed to be less systematic and more complex than scholars would otherwise have predicted, demonstrating just how, and to what extent, textual reuse was integral to the creation process for Guibert as well as for other medieval authors. The role of the works of Guibert as reservoirs of material, in turn themselves reused in works of various genres and authors, is demonstrated through the analysis of a number of later texts.The final chapter proposes a new consideration of Guibert's choice of constructing his collection as an ad status text. The composition of sermons according to the social position of the audience can be understood, in light of the art of memory, as an ingenious mnemonic tool for the organisation of preaching material rather than as a mirror of a real or ideal society. In turning the status into “lieux de mémoire”, Guibert created a thematic classification of preaching material according to topoi attached to the estates.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.