Test de mesure de l'impact de la distraction du conducteur : développement, administration et évaluation partielle

par Charlene Hallett

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Mikael Regan.

Soutenue le 10-09-2013

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec INRETS LESCOT (laboratoire) .

Le président du jury était Isabelle Tapiero.

Le jury était composé de Alan M. Stevens, Josef Krems, Catherine Gabaude, George Michael.


  • Résumé

    Cette thèse présente le produit d'un projet de recherche doctoral ambitieux qui a procédé à la réalisation des premières étapes cruciales de conception, développement et évaluation d'un test de mesure de l'impact de la distraction du conducteur (DDIAT). L'objectif de ce test est de mesurer l'impact que la distraction du conducteur a sur les performances de conduite et les comportements du conducteur. En outre, une présentation sera effectuée des étapes majeures qui restent encore à réaliser, et qui dépassent le cadre de cette thèse, pour entièrement valider et implémenter le test. Le DDIAT est composé de trois épreuves de conduite ou Drives (Drive 1, 2 et 3), qui ont été conçues à partir des principes de la littérature de la cognition et de l’attention. Les épreuves Drive 1 et Drive 2 ont été implémentées dans un environnement de conduite urbain et elles incluent des conditions de feux de circulation qui ont été conçues pour ressembler aux feux de circulation rencontrés dans des conditions de conduite réelles. De plus, l'épreuve Drive 1 inclut des scénarios de traversée d’une file de véhicules pour tourner à gauche à une intersection (gap acceptance), dans lesquels les participants doivent prendre la décision cruciale de sélectionner un intervalle entre deux véhicules pour traverser. L'épreuve Drive 2 inclut plusieurs instances de suivi de véhicule, dont certaines où le véhicule suivi freine brutalement et où le participant doit réagir de manière appropriée pour éviter une collision frontale. Enfin, l'épreuve Drive 3 a été conçue pour implicitement mesurer la conscience de la situation dans un environnement de conduite autoroutier, mais cette épreuve n'a pas été entièrement implémentée dans le cadre de cette thèse. Les épreuves Drive 1 et Drive 2 ont été évaluées dans une expérimentation sur un simulateur de conduite avancé. Les résultats de cette évaluation expérimentale ont montré que les deux épreuves Drive 1 et Drive 2 étaient capables de : a) représenter la conduite réelle (c.-à-d., elles vérifient la validité de contenu et la validité apparente), b) mesurer l'impact de la distraction du conducteur et c) de faire la distinction entre les deux tâches secondaires (l'une visuelle/manuelle, l'autre auditive/cognitive) à travers leur impact sur les performances de conduite. En conclusion, le travail complété dans le cadre de cette thèse constitue les premières étapes cruciales nécessaires au développement d'un DDIAT complet qui surpasse les limitations des outils et tests précédents et fournit également les bases d'une méthode standardisée pour aider à surpasser les incohérences qui existent entre les différentes études de mesure de l'impact de la distraction du conducteur.

  • Titre traduit

    Driver distraction impact assessment test : Design, development, administration, and partial evaluation


  • Résumé

    This thesis describes the outcomes of an ambitious doctoral research program that carried out the initial critical steps in the design, development, and evaluation of a driver distraction impact assessment test (DDIAT). The purpose of this test has been to assess the impact driver distraction has on driving performance and driver behaviour. The thesis also describes the critical steps, beyond the scope of this thesis, that remain to be carried out in order to fully validate and implement the complete DDIAT proposed in this thesis. As part of the DDIAT proposed in this thesis, three Drives (Drive 1, 2, and 3) were designed and created from basic attention principles and by using a complex experimental design. Drive 1 and Drive 2 were implemented in an urban driving environment and included traffic light conditions that were designed to resemble real world traffic light conditions. Furthermore, Drive 1 included gap acceptance events in which participants had to make a crucial and important decision when selecting a gap to turn left though an oncoming stream of vehicles. Drive 2 included various car following instances and lead vehicle braking events, whereby participants had to react suddenly to avoid a frontal collision. Lastly, Drive 3 was designed to implicitly measure situation awareness on a highway driving environment – but was outside of the scope of the thesis to investigate. Drive 1 and Drive 2 were evaluated in an experiment implemented in an advanced driving simulator. The results from this evaluation experiment showed that both Drive 1 and Drive 2: a) represent real world driving (i.e., have content and face validity); b) are capable of measuring the impact of driver distraction; and c) are capable of distinguishing between the impact on driving of two secondary tasks (one visual/manual, the other auditory/cognitive). In conclusion, the work completed as part of this thesis provided a first and important step towards the development of a complete DDIAT that overcomes the shortcomings of previous tests and tools and also provides the beginnings of a standardised method to assist in overcoming the inconsistencies that exist across studies in the measurement of driver distraction.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.