Le lyrisme face à l’événement : étude comparée des poésies francophones du Maghreb et du Machrek : (Algérie, Liban, 1950-1990)

par Blandine Valfort

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Katia Haddad.

Soutenue le 13-09-2013

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (Lyon) (laboratoire) .

Le président du jury était Daniel Lançon.

Le jury était composé de Hadj Miliani, Dominique Carlat, Maxime Del Fiol.


  • Résumé

    Dans les deux aires qui se présentent comme le Levant et le Couchant d’un même monde arabe – le Machrek et le Maghreb –, des poètes ont choisi la langue française pour réagir à certains événements de la seconde moitié du XXe siècle tels que la guerre d’Algérie, la guerre des Six Jours et la guerre civile du Liban. L’étude des recueils algériens et libanais qui ont été composés entre 1950 et 1990 permet d’envisager le rapport culturel, idéologique et esthétique de ces deux régions en adoptant une approche comparative différentielle. Le choix du français – dont les enjeux sont évidemment très différents dans ces deux aires – soulève des questions identitaires qui méritent d’être analysées et favorise l’expression d’un métissage culturel. Ce corpus poétique permet aussi de réexaminer les liens entre l’Histoire et l’intime, car l'événement, indissociable des problématiques collectives qu’il soulève, est réinterprété par la voix lyrique. Il ne se contente pas de créer une esthétique du chant redécouvert, ni d’offrir un éventail thématique à la mesure des drames qu’il entraîne. Il suscite surtout un parcours énonciatif, étroitement lié au travail du poème. À travers le lyrisme, l’événement historique ouvre la voie/-x de l’intime qui révèle les différentes strates du questionnement identitaire et lui donne une portée universelle. Le sujet n’est plus absorbé dans un collectif renforcé par les circonstances, il ne se définit plus uniquement à travers l’opposition dichotomique à l’altérité ; grâce à l’adresse lyrique, on assiste à l’avènement simultané d’un je et d’un tu qui, sans rien renier du conflit, en subsument les enjeux.

  • Titre traduit

    Lyricism in front of event : a comparative study of Maghreb’s and Machrek’s francophone poetry : (Algeria, Lebanon, 1950-1990)


  • Résumé

    In both areas which stand for the East and the West of the same Arab world – Maghreb and Mashreq –, some poets have chosen the French language to react to certain events of the second half of the twentieth century, as the Algerian War, the Six Days War and the Lebanese Civil War. By studying Algerian and Lebanese collections of poetry written between 1950 and 1990, we can consider the cultural, ideological and esthetical relationship of these two areas adopting a differential comparative approach. The choice of French – whose issues are very different in both areas – raises questions of identity that must be analyzed and promotes the expression of a cultural mixture. Through this poetic corpus, we can reconsider the relationship between history and intimacy because the event, inseparable from collective issues, is reinterpreted by the lyric voice. Not only does it create a rediscovered aesthetic of singing nor only provides a thematic range representative of dramas it causes. It raises an enunciative course closely linked to the poetic process. Through lyricism, historical event opens the way to intimacy which reveals the different layers of questioning identity and gives it a universal dimension. The subject is no longer absorbed into a collective reinforced by the circumstances, it is no longer defined only through the dichotomous opposition to otherness; thanks to the lyrical address, we are witnessing the simultaneous advent of “I” and “you” that, without denying the conflict, subsume its issues.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.