L’économie de la vitesse : l’automobilisme et ses enjeux dans le département du Rhône et la région de Québec (1919-1961)

par Etienne Faugier

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Claude-Isabelle Brelot.

Soutenue le 22-03-2013

à Lyon 2 en cotutelle avec l'Université Laval (Québec, Canada) , dans le cadre de École doctorale Histoire, géographie, aménagement, urbanisme, archéologie, sciences politiques, sociologie, anthropologie (Lyon) , en partenariat avec Societes et espaces ruraux et l'Europe contemporaine (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Luc Mayaud.

Le jury était composé de Martin Pâquet, Laurent Tissot, Marc Vallières.


  • Résumé

    Notre thèse prend le parti d’analyser l’automobilisme dans l’Occident rural durant le XXe siècle. Elle s’appuie sur une étude croisant le département du Rhône en France et la région de Québec au Canada. La documentation est constituée, outre une abondante bibliographie bilingue, de sources gouvernementales issues de fonds d’archives départementaux pour le département Rhône, et, pour la région de Québec, de sources nationales. Celles-ci sont complétées par des périodiques, des revues spécialisées, des sources statistiques et de l’iconographie. La démonstration tente d'éclairer les enjeux, présents dans l'historiographie mais jusqu'ici implicites, de l’adoption de la vitesse automobile et de ses conséquences dans l’espace rural. En croisant les territoires, il s’agit de mettre en évidence comment un objet industriel produit en ville – l’automobile et ses déclinaisons – modifie le paysage rural et l’exploitation agricole, les mentalités et les pratiques de mobilité.Ce travail montre que les mutations imposées par l’automobilisme sont, quoique moins visibles parfois, bien plus nombreuses et complexes au sein du monde rural qu'elles peuvent l'être dans l’espace urbain. Il présente également la rapidité avec laquelle les populations rurales ont adopté ce mode de transport : la question de l’antiautomobilisme rural est largement repensée et une attention est portée aux impacts socioculturels de la mécanisation agricole. Enfin, les développements étayent la représentation admise que la vitesse automobile s’inscrit dans un système logique et cohérent qui révolutionne à la fois les modes de déplacement, l’appréhension du territoire, les pratiques sociétales et, enfin, les mentalités.

  • Titre traduit

    The Economy of Speed : Automobilism and its Stakes in the Rhône region and the Quebec Area (1919-1961)


  • Résumé

    Our thesis analyzes automobilism in the rural West during the twentieth century. It is based on a study crossing the Rhône region in France and Quebec area in Canada. Our documentation relies on archives for the Rhône region and national sources for Quebec area. These are supplemented by periodicals, reviews, statistical sources and iconography. Our demonstration wishes to answer to the question of the adoption of speed and its consequences in rural areas. By crossing territories, it highlights how an object produced by industrial city – the automobile and its variations – changes the rural andagricultural landscape, attitudes and practices of mobility. This work show that mutations about automobilism are much more numerous and complex in the rural than in urban areas. It also highlights the relative speed with which rural people have adopted this mode of transport: rural anti-automobilism is reevaluated and sociocultural impacts of mechanization are underlined. Finally, it posits the idea that the car speed is part of a logical and coherent system that is revolutionizing the mode of travel, but also and especially the space occupied and attitudes.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.