L’agir des éducateurs sociaux comme expérience esthétique

par Francis Loser

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Alain Kerlan.

Soutenue le 21-01-2013

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec ECP - Education cultures politique (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Meirieu.

Le jury était composé de Jean Houssaye, Claudio Bolzman, Michel Fabre.


  • Résumé

    Les auteurs qui se sont intéressés à la pratique des éducateurs sociaux s’accordent à penser que l’agir de ces derniers procède avant tout d’un engagement quotidien, d’un souci de l’autre porté par des gestes actualisés en situation, pratique dont la mise en intelligibilité fait appel à une logique plurielle. Or, depuis l’introduction de la gestion managériale et de la sémantique des compétences dans le champ de l’éducation sociale, l’activité des éducateurs se trouve placée sous un éclairage réducteur qui s’intéresse aux seuls faits et gestes mesurables. Aussi, afin de rompre avec une pensée positiviste binaire, nous avons opéré un changement de paradigme en optant pour une approche esthétique qui conçoit l’agir humain non pas morcelé, mais envisagé comme une globalité. Une telle approche coïncide particulièrement bien avec l’activité des éducateurs qui se singularise par un entremêlement des dimensions corporelle, affective et réflexive. Cette hypothèse, nous l’avons mise à l’épreuve grâce à une enquête de terrain menée au travers d’une observation participante dans deux structures éducatives de la région genevoise. Nos analyses reposent sur les contributions de chercheurs, majoritairement situés dans le courant esthétique et pragmatiste, qui se sont intéressés aux théories de l’action. Nos observations ont dans une large mesure permis de crédibiliser notre hypothèse, nous permettant, d’une part, d’identifier quelques axes majeurs qui contribuent à la construction d’une épistémologie de l’agir des éducateurs et, d’autre part, d’ouvrir quelques perspectives pour la formation des praticiens.

  • Titre traduit

    The actions of special educators as aesthetic experience


  • Résumé

    Writers who are interested in the practices of special educators agree that their work proceeds above all else as a daily commitment to their concern for others undertaken as context adaptive moves. Making sense of this practice calls for multiple sources of logic. However, since the introduction of management skills and the semantics of those competences in the field of special education, the work of educators has been reduced to a singular focus on measurable acts. Therefore, in order to move away from this positivist binary thinking, we undertook a paradigm shift that opted for an aesthetic approach, one that views human action as whole rather than fragmented. This approach meshes particularly well with educators whose activities are distinguished by their intermingling of physical, emotional and reflective dimensions. We tested this hypothesis through a field survey conducted while engaged in participant observation in two educational facilities in the Geneva area. Our analysis rests on the contributions of researchers interested in the aesthetic and pragmatic dimensions of theories of action. Our observations have in large measure helped to give credibility to our hypothesis. We can, on the one hand, identify some major areas that contribute to the construction of an epistemology of educators’ actions, and, on the other hand, present some possibilities for training practitioners.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.