Etat de Stress Postraumatique (ESPT) suite à l'accouchement : nouvelles recherches et évaluation de la prise en charge avec la psychothérapie EMDR (Eye Movement desensibilisation and Reprocessing)

par Astrid Krings

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Élisabeth Spitz.

Le président du jury était Cyril Tarquinio.


  • Résumé

    Un vécu traumatique de l’accouchement et ses conséquences représentent un problème majeur souvent sous-estimé pour la santé de la femme (Ayers, 2004). Certaines femmes peuvent développer après leur accouchement un état de stress post-traumatique (ESPT). Une prévalence moyenne de 2% de femmes qui manifestent un ESPT postpartum est reconnu et un tiers des femmes présentent des symptômes cliniquement significatifs d’un ESPT (revue de la littérature Olde et al., 2006 ; Denis & Callahan, 2009). Partie 1 : une étude longitudinale quantitative avec quatre temps d’évaluation (fin de grossesse et 2, 6, 12 mois postpartum) a été menée auprès de 400 femmes. A deux mois postpartum 163 femmes ont répondu aux questionnaires, 32 femmes (19,6%) présentent des symptômes d’un ESPT suite à l’accouchement. A six mois postpartum, 97 femmes ont poursuivi l’étude et 11 présentent des symptômes d’ESPT (11,5%). L’analyse longitudinale et multifactorielle a montré des différences significatives entre le groupe des femmes « ESPT postpartum » et le groupe témoin concernant le sentiment d’auto-efficacité, les stratégies de coping et la qualité de vie. A douze mois postpartum, 80 femmes ont répondu aux questionnaires, 13 d’entre elles (16,5%) présentent des symptômes d’un ESPT postpartum. Une analyse de régression linéaire indique que les antécédents obstétricaux-gynécologiques, la présence d’affects dépressifs en prépartum et l’utilisation de la stratégie de coping d’auto-blâme ainsi que la difficulté à réinterpréter les situations de manière positive en postpartum (T2) prédisent l’apparition de symptômes d’ESPT postpartum à un an. Les résultats de l’analyse de médiation montrent un effet de la stratégie de coping auto-blâme (T2) sur la relation entre la perception du soutien à l’autonomie par l’équipe soignante à T2 et le score d’ESPT à un an postpartum (T4). Partie 2 : une étude qualitative a été menée afin de connaître les représentations des soignants sur le développement d’un état de stress post-traumatique suite à l’accouchement à l’aide une étude par entretiens. Indépendamment, un protocole de prise en charge des femmes présentant un ESPT consécutif à l’accouchement a été élaboré afin d’évaluer l’effet d’une prise en charge psychothérapeutique (thérapie EMDR) chez ces femmes en souffrance. Conclusion : les résultats de cette étude confirment la présence d’un ESPT postpartum chez un certain nombre de femmes. A partir de ces résultats, une réflexion clinique est proposée sur les améliorations possibles de la prise en charge des femmes souffrant d’un ESPT suite à l’accouchement

  • Titre traduit

    Posttraumatic stress disorder following childbirth : new research and evaluation of EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) psychotherapy


  • Résumé

    A traumatic birth experience and its consequences are representing a major health issue in women, much too often underestimated (Ayers, 2004). However some women develop posttraumatic stress disorder (PTSD) following childbirth. Prevalence is estimated about 2% of women presenting postpartum PTSD, one third present clinically significant symptoms of PTSD (2 reviews: Olde et al., 2006; Denis & Callahan, 2009). Part 1: A quantitative longitudinal study was carried out within 400 women and with four times of evaluation (late pregnancy and 2, 6, 12 month postpartum. At 2 month postpartum, 163 women answered the questionnaire, 32 women (19.6%) presented symptoms of PTSD postpartum. At six month postpartum, 97 women were followed and 11 presented symptoms of PTSD (16.5%). Multifactor and longitudinal analysis showed significant differences between women within “PTSD group” or “control group” in relation to self-efficacy, coping and quality of life. At twelve month postpartum, 80 women answered questionnaire, 11 presented symptoms of PTSD (11.5%). Regression analysis indicates gynecological or obstetrical history, presence of prepartum depression and coping strategies such as blame and difficulties in positive re-interpretation of a given situation as predicting postpartum PTSD symptoms. The effect of perception of support for autonomy provided by health professionals on the score of PTSD at one year following birth is mediated by using coping strategy “blame” at T2. Part 2: Our qualitative study was implemented in order to understand health professionals perception of the postpartum PTSD development. Qualitative interviews were conducted. Furthermore, a research protocol was elaborated for a treatment of women presenting PTSD following childbirth and for evaluating the effects of psychotherapy (EMDR treatment). Conclusion: These results confirm the presence of postpartum PTSD in some women. Following these results, clinical implications are offered to improve the provided health care


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. BU Ingénieurs.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.