Envie et jalousie dans la tragédie grecque antique

par Karine Meshoub

Thèse de doctorat en Sciences du Langage

Sous la direction de Isabelle Klock-Fontanille.

Soutenue en 2013

à Limoges .


  • Résumé

    Si envie et jalousie sont, en français, des notions communes, elles n'ent demeurent pas moins complexes, notamment en raison de leurs recoupements définitionnels. Cette complexité s'accroît quand on les met à l'épreuve d'une autre langue, en l'occurence le grec ancien, à travers les pièces conservées des trois auteurs qui ont fait la tragédie grecque antique, Eschyle, Sophocle et Euripide : le grec admet communément deux termes pour traduire envie et jalousie : φθόυος et ζήλος, sans que les traductions parviennent à établir un partage définitionnel clair entre les deux. C'est donc ce travail d'éclaircissement sémantique et philologique, à travers l'analyse des pièces des trois tragiques grecs et dans une confrontation au texte grec et à ses traductions, que nous avons tenté dans cette étude comparée du déploiement conceptuel d'envie et jalousie, en français et en grec. Envie et jalousie, telles que le français les définit, sont-elles héritées du grec, correspondent-elles à un phénomène culturel qui impliquerait un fonctionnement en langue propre à la culture grecque ou au contraire existe-t'il entre les modèles grec et français des invariants qui feraient d'envie et jalousie des passions transculturelles? Nous sommes parvenues à la conclusion que les termes φθόυος et ζήλος débordaient le champ conceptuel et sémantique du français, qu'envie et jalousie pouvaient exister dans les textes en-dehors d'un lexique spécifique, i. E. Dans une configuration passionnelle propre à chacun des trois Tragiques. Nous avons mis au jour des différences entre les modèles grec et français, mais aussi des convergences qui tendent à rapprocher deux cultures éloignées de plus de deux mille ans.

  • Titre traduit

    Envy and jealousy in the ancient Greek Tragedy


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Although envie et jalousie are synonymous in French, they remain nonetheless complex notions, made even more complex by the fact that their definitions overlap. The translation of those notions into another language, here to ancient Greek, reveals yet more layers of complexity, as exemplified in the known plays of the three main Greek playwrights, Aeschylus, Sophocles and Euripides. There are indeed two words commonly used in Greek to express envy and jealousy : φθόυος and ζήλος, whose translations fail to establish two clearly distinct meanings. We have made an attempt at semantic and philological clarification, through the analysis of the plays of the three Greek playwrights and through the confrontation of the Greek texts and their translations, in this comparative study, in which we have analyzed the conceptual development of envy and jealousy in both French and Greek. Are the french definitions of envy and jealousy inherited from the Greek? Do they correspond to a cultural phenomenon, which might arise from a discursive use of the words specific to Greek culture? Or, conversely, are there common elements between the Greek and the French models, which would make envy and jealousy transcultural passions? We have reached the conclusion that φθόυος and ζήλος covered a wider conceptual and semantic area than their French equivalents and that envy and jealousy could exist within the texts independently of a specific lexicon, i. E. In a configuration of passions specific to each of our three authors. We have unveiled differences between the Greek and th French models as well as agreements which tend to bring closer to each other two cultures separated by more than 2000 years.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., (551 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.513-542

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Lettres et Sciences humaines). Service Commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.