Socio-anthropologie de la polygynie au Ghana : le cas du pays Dagomba

par Betty Uzoh-Baba (Uzoh)

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Rémy Bazenguissa.


  • Résumé

    Notre étude est une approche pluridisciplinaire de la polyginie, par l'étude du cas des Dagombas du Nord du Ghana, qui sont en très grande majorité musulmans et moins scolarisés. Nous avons organisé notre thèse en trois parties. Dans la première partie, nous procédons à une analyse réflexive sur le terrain du Nord ghanéen, selon une approche anthropologique. Nous décrivons la logique polygynique africaine et son évolution dans le contexte des transformations de la société contemporaine. Dans nos hypothèses nous mettons en corrélation la pratique de la polygynie avec l’analphabétisme, la richesse, les mœurs, et les valeurs à l’origine des mariages forcés. Dans la seconde partie, nous décrivons successivement : les évolutions du mariage, des liaisons matrimoniales, etc. Les ressorts de la polygynie, son évolution et le rôle particulier du système éducatif sont mis en relief. Par le croisement des niveaux d’instruction des femmes vivant en situation de polygynie ou encore celle des situations socio- professionnelles permet de tester les ressorts des pratiques émergentes face à ce régime matrimonial. Dans la troisième partie, nous décrivons les mutations socioculturelles et économiques actuelles et leurs conséquences sur les pratiques polygyniques au Ghana. Nous analysons, à cet égard, les perceptions et représentations de la polygynie par les citadins à l’une de variable allant de la tranche d’âge au degré d’attachement à la religion et à la tradition. Partant de ce constat, nous investiguons sur l’avenir de ce régime matrimonial dans la société, l’émancipation et l’épanouissement socio-économiques de la femme et l’impact des évolutions en cours sur le devenir de la femme.

  • Titre traduit

    Socio-anthropology of polygyny in Ghana : case study of the Dagombas


  • Résumé

    Our study is a multidisciplinary approach to polygyny, by the case study of the Dagombas, of the Northern part of Ghana, in which majority of them are Muslims and uneducated. The introduction presents our epistemological position and our methodological options. We have classified our thesis in three parts. In the first part, we explore an anthropological approach based on the field research. The hypothesis correlated the practice of polygyny with illiteracy, wealth, morals, and values as factors related to forceful marriages. Finally, we evaluated the evolution of polygyny social changes in a contemporary society. In the second part, we successively elaborated: the changes in marriage, and matrimonial status, etc The outcome of polygyny and the role of the educational system are highlighted. Accessing the educational level of women, living in polygyny or the Socio- Professional conditions determines the institutional stakes emerging from this matrimonial practice. In the third part, we found out the socio-cultural and economic changes and their consequences on polygyniques practices in Ghana. We analyze, our samples given the perceptions and representations of polygyny by urban dwellers the variable ranging from the age group determined their commitment to religion and tradition. Deducing from this observation, we are investigating on the perspectives of this matrimonial status in the society, their emancipation and socio-economic development of women and the impact of woman in time and space.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?