La perception du pouvoir en Éthiopie à travers les biographies amhariques du ras Mäkwännǝn (1852-1906)

par Benjamin Volff

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisations

Sous la direction de Robert Edmond Ziavoula et de Delombera Negga.

Soutenue le 12-12-2013

à Paris, INALCO en cotutelle avec l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Paris , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) .


  • Résumé

    Mäkwännǝn Wäldä-Mikaʾel (1852-1906) est un officier du règne de l’empereur d’Éthiopie Menilek II. Gouverneur de Harär en 1887, il est en contact avec les Occidentaux et est en charge de la sécurité du territoire éthiopien, sa province étant limitrophe des colonies européennes de la Corne de l’Afrique. Conseiller diplomatique, il est désigné pour accomplir deux missions officielles à l’étranger en même temps qu’il combat efficacement à Adwa. Son habileté politique et militaire, ses capacités d’administrateur, son sens de la diplomatie, son style personnel, construisent une personnalité publique, sur qui la plupart des textes, tant européens qu’éthiopiens, sont élogieux. Dans cette perception de Mäkwännǝn apparaît le premier écueil d’une approche historique du personnage : Mäkwännǝn est le père de Täfäri / Haylä-Sǝllase, dont le règne impérial organise une mise en spectacle du pouvoir, à laquelle le culte de la mémoire de Mäkwännǝn participe. Cette commémoration prend notamment la forme biographique. Deux biographies amhariques connues à ce jour sont le matériau à partir duquel nous nous efforçons d’analyser la perception du pouvoir en Éthiopie. La première œuvre publiée en 1946, intitulée Yälǝʾul ras Mäkwännǝn tarik, est le travail d’un spécialiste des textes sacrés du christianisme. L’autre biographie, écrite par un auteur proche de la cour est publiée en 1960-61. Nos documents qui relèvent de l’historiographie éthiopienne qui traite du pouvoir à travers l’individu, en dehors des éléments propres à la culture éthiopienne et des incursions vers le genre hagiographique, fournissent des informations de premier ordre sur la façon dont la société perçoit le monde extérieur ainsi que des valeurs qu’elle attribue au pouvoir en place. Les biographies amhariques produisent un modèle de gouvernement idéal qui trouve cependant des correspondances en Afrique de l’Est et en Europe-même.

  • Titre traduit

    The Perception of Power in Ethiopia through the Amharic Biographies of ras Mäkwännǝn (1852-1906)


  • Résumé

    Mäkwännǝn Wäldä-Mikaʾel (1852-1906) is an officer of the reign of Menelik II. Governour of Harär in 1887, he is in contact with Westerners as diplomat, while also being charged with the security of the Ethiopian territory. Indeed, the province he rules has common boundaries with the expanding European colonies of the Horn of Africa. However, Mäkwännǝn’s political and diplomatic ability as well as his military skill fuel the eulogistic currents which run through his public image, often represented as that of a good prince according to Erasmus’ conception of power. Two Amharic biographies have allowed us to deepen our understanding of the values Ethiopian society attributes to the man of power embodied in Mäkwännǝn and the perception of the outside world in parallel. One is written by a specialist of the Scriptures, the author of the other one being close to the imperial court of Haylä-Sǝllase, ras Mäkwännǝn’s son. The cultural elements these documents carry do not blind us to the pitfalls of hagiographical packaging in an analysis of the quest for ideal power through the celebration of a just government which echoes not only in East Africa, but also in Europe.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.