Sanctuaires Shintô et Sociétés Locales dans le Japon de l’Epoque d’Edo : l’exemple de la province d’Izumi

par Yannick Bardy

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisations

Sous la direction de François Macé.

Le jury était composé de François Macé, Guillaume Carré, Vincent Goossaert, Nathalie Kouamé.

Les rapporteurs étaient Guillaume Carré, Vincent Goossaert.


  • Résumé

    Dans ce travail, nous nous proposons d'étudier des groupes de villages de la provinces d'Izumi durant l'époque d'Edo (1600 - 1868), afin de mettre en avant des types d'organisations sociales sortant des cadres institutionnels connus ainsi que les particularismes des localités étudiées.Ces ensembles de villages étant liés à la présence d'un sanctuaire commun (en plus des sanctuaires propres à chaque village ou hameau), nous partirons des relations établis entre ces établissements religieux et les groupes de villages qui leur sont liés, explorant le mode d’organisation des fidèles, leurs interactions avec les autorités seigneuriales ou shogunales. Nous nous intéresserons également à la structure interne du sanctuaire et les rôles des différents desservants, prêtres shintô et moine bouddhistes, notamment au travers des disputes qui les déchirent. Cela nous amènera également à nous interroger sur le rôle des organisations religieuses et tout particulièrement celui des organisations de prêtres shintô centrées sur les maisons curiales Yoshida ou Shirakawa, qui prennent leur essor durant cette époque.C’est en ce sens que nous nous pencherons sur les sanctuaires Kasuga, Hijiri, Kaminomiya et Shimonomiya, et Ôiseki. Explorant les groupes de villages qui leurs sont liés, nous nous attacherons à mettre en avant les interactions entre quatre groupes : les fidèles, le sanctuaire, les prêtres shintô et les moines bouddhistes. Cette analyse permettra de faire ressortir particularismes locaux, modes d’organisations non-institutionnels et structures internes de ces sanctuaires.

  • Titre traduit

    Shintô Shrines and Local Societies in the Edo Period's Japan : the exemple of the Izumi province


  • Résumé

    This dissertation examines several groups of villages in Izumi Province during the Edo period (1600 - 1868). It seeks to elucidate the non-institutional social organizations and unique characteristics of those villages. Each of the groups of villages examined in this study were closely linked with a particular Shintô shrine. This dissertation begins by analyzing the relationship between shrines and the groups of villages with which they were linked. It will then examine the functions performed by the parishioner organizations of each shrine, as well as the relationship between parishioner organizations, on the one hand, and the local authorities and shogunate, on the other. It will also investigate each shrine’s social structure and the role of Shintô priests and Buddhists monks. This dissertation will also highlight the range of shrine-related conflicts and disputes that occurred in Izumi Province during the Edo period. Furthermore, it will examine the role that religious organizations, such as the Yoshida and Shirakawa priestly orders, played in early modern society. Specifically, this dissertation focuses on five shrines in Izumi Province: Kasuga, Hijiri, Kaminomiya, Shimonomiya, and Ôiseki. Through an examination of those five shrines, this dissertation will study the interaction between four groups: local parishioners, Shintô shrines, Shintô priests, and Buddhist monks. Such an analysis will enable us to elucidate the unique characteristics of the villages surrounding each shrine, the various non-institutional organizations that developed in those villages, and the internal social structure of each shrine.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.