Neo-chiefs in the international State system : power strategies and authority in Afghanistan (1992 to the present)

par Romain Malejacq

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Bertrand Badie et de William Sampson Klock Reno.

Soutenue en 2013

à Paris, Institut d'études politiques en cotutelle avec Northwestern university .

  • Titre traduit

    Neo-chefs dans le système international : stratégies de pouvoir et autorité en Afghanistan (de 1992 à nos jours)


  • Résumé

    Ce travail de thèse constitue une étude des sources de pouvoir et d'influence des neo-chefs afghans, ou de ceux que qu'on appelle communément des seigneurs de guerre. Leaders dont la légitimité repose sur le pouvoir de faire la guerre efficacement, les seigneurs de guerre sont des acteurs ayant mis en place une organisation politique autonome à l’intérieur d’un Etat et qui ne reconnaissent aucune autorité supérieure à eux-mêmes. Il s’agit d’entrepreneurs politiques jouant un rôle crucial dans l'accès des populations à l'arène politique et aux opportunités économiques et qui sont parfois les principaux pourvoyeurs de gouvernance dans les zones où ils exercent leur influence. Leurs stratégies politiques s’étendent au-delà de ces sphères territoriales et communautaires pour inclure des interactions avec leur Etat central et d’autres acteurs étatiques. Nous montrons tout au long de ce travail que les neo-chefs ont la faculté de convertir leur sources de pouvoir afin d’assurer leur survie politique. Ce sont des acteurs rationnels qui développent des stratégies de survie complexes. Ils constituent par ailleurs des seigneurs de guerre dormants susceptibles de se transformer en seigneurs de guerre actifs si l’occasion se présente, c'est-à-dire dans un environnement international plus flexible. En d’autres termes, les neo-chefs montrent de forts signes de résiliences : ils ont la capacité de s’ajuster au changement et de retrouver leur forme initiale.


  • Résumé

    This is a study of the bases of power and influence of what are commonly known in Afghanistan as warlords—leaders whose legitimacy is based on the power to make war effectively, who have established a political organization within the confines of a state’s recognized boundaries, and obey no higher authority than themselves. They are neo-chiefs, astute political entrepreneurs who play critical roles in people’s access to the political arena and economic opportunities. They act at various times as the principal suppliers of governance to people in areas where they wield influence. Their political strategies extend beyond these territorial and community realms to include interactions with the state and international actors. In this work, I identify the limits of the existing literature in fully acknowledging the international dimension of state-building, the role of sub-state actors in state formation processes, and the possibility that these actors operate in the international system. I show throughout this work that neo-chiefs have the ability to conduct international relations and can either benefit from or manipulate these relationships, which gives them the ability to reinvent themselves through crafting new bases for their authority once they lose control over their territories. When a stronger state asserts authority, warlords have to learn how to live with(in) that state and change the nature of their authority. They thus become dormant warlords.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (397, 45 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 353-371

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.