Recherches sur les instruments de musique mécaniques et les automates

par Bernard Pin

Thèse de doctorat en Histoire de la musique

Sous la direction de Catherine Massip.

Soutenue en 2013

à Paris, EPHE , en partenariat avec École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques (Paris) (autre partenaire) .

Le jury était composé de Catherine Cardinal.


  • Résumé

    Le sujet de la présente thèse, intitulée « Recherches sur les instruments de musique mécaniques et les automates », comprend, quant à son principal, des travaux biographiques inédits sur Pierre Honoré Davrainville (1784-1866), ainsi que sur ses successeurs Jean Kelsen (1795-1844) et Pierre Ernest (1826-1910), le fils de ce dernier. Ces trois facteurs d’orgues mécaniques constituèrent, à la suite de Jacques Honoré Davrainville (1753-?), son fondateur, une lignée de praticiens qui, de Louis XVI à la IIIe République, représentèrent l’excellence française de cette discipline. Nous avons établi chacune de leurs biographies à partir d’un corpus d’informations puisées dans les fonds d’archives, et que nous avons commentées sous forme de notes. Afin de mettre en perspective ces repères historiques, nous les avons accompagnés de différentes études dédiées, par exemple, aux origines géographiques et familiales des intéressés ; à leur environnement social ; à la place qu’ils occupèrent parmi leurs confrères, tant français qu’étrangers ; aux techniques qu’ils employèrent, ou encore, à l’importance de leurs moyens de production. Pour ce qui est des réalisations de Pierre Honoré Davrainville, nous avons établi un catalogue largement illustré, réalisé à partir de la cinquantaine d’instruments dont nous avons trouvé mention ou que nous avons pu examiner. Ce travail nous a permis, entre autres, de tracer un graphisme de la progression de ses fabrications, ainsi que l’adaptation de celles-ci à l’évolution de la demande. En complément, nous avons dressé une liste des airs que ce facteur a notés sur ses cylindres, dans l’espoir que celle-ci puisse être utile aux musicologues. La seconde partie de cette thèse est constituée par trois de nos travaux ou recherches, aussi inédits. Le premier est notre rapport exhaustif sur l’automate La Nef, dite « de Charles Quint », datée vers 1585 et attribuée à l’orfèvre et automaticien Hans Schlottheim d’Augsbourg. Le deuxième rend compte de notre étude sur le « Flûteur automate » que Jacques Vaucanson présenta en 1738, et enfin, le troisième, résume les différentes étapes de notre création d’un nouveau cylindre destiné à un jeu de flûtes construit vers 1795 par Jacques Honoré Davrainville

  • Titre traduit

    Researches into mechanical musical instruments and automats


  • Résumé

    The subject of this thesis, entitled “Research on the mechanical music instruments and automats”, has for his main topic a completely new biographical work on Pierre Honoré Davrainville (1784-1866), as well as on his successors Jean Kelsen (1795-1844) and his son Pierre Ernest (1826-1910). These three mechanical organ-builders constituted, as successors of Jacques Honoré Davrainville (1753-?), his founder, a line of experts who, from the time of Louis XVI to the 3rd Republic, represented the French excellence of this discipline. We established each of their biographies starting from a corpus of information drawn from archival documents, and which we commented on in the form of notes. In order to put in prospect these historical reference marks, we accompanied them by various studies dedicated, for example, to geographic origins and family of these instruments makers, to their social environment; to the place they occupied among their fellow-members, French and foreign; to the techniques they employed, or, to the importance of their means of production. As regards the achievements of Pierre Honoré Davrainville, we established a catalogue largely illustrated, carried out by starting from about fifty instruments of which we found mention or which we were able to examine. This work allowed us, inter alia, to trace a graphics of the progression of its manufacturing, as well as the adaptation of those to the evolution of demand. In complement, we drew up a list of the airs that this factor noted on its cylinders, in the hope that this one will be useful for the musicologists. The second part of this thesis includes three of our works of research. The first is our exhaustive report on the automat the Nave, known as “of Charles Quint”, gone back around 1585 and considered as the work of the goldsmith and mechanician Hans Schlottheim from Augsburg. The second gives an account of our study on the “Flûteur automate” that Jacques Vaucanson presented in 1738, and finally, the third, summarizes the various stages of our creation of a new cylinder intended for a mechanical organ builds around 1795 by Jacques Honoré Davrainville

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (240-454-220 p. )
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 309-315. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Ms 446 (1-3)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.