Le genre à l'école en Chine : représentations et pratiques des enseignants à l'école primaire - l'exemple de Shanghai

par Dan Zhang

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Sylvia Faure et de Guorui Fan.

Le président du jury était Marie-Carmen Garcia.

Le jury était composé de Sylvia Faure, Guorui Fan, Marie-Carmen Garcia, Zhongjian Zhao, Marie Vogel.

Les rapporteurs étaient Marie-Carmen Garcia, Zhongjian Zhao, Stéphane Beaud.


  • Résumé

    Le système d'éducation expose les individus à un processus de socialisation par lequel ils intériorisent ce qui est considéré comme des valeurs appropriées. A travers le processus de cette socialisation scolaire, les élèves incorporent des valeurs majeures de la société à travers l’enseignement et les contenus pédagogiques, et cette conscience des valeurs majeures est renforcée par les attitudes et les attentes des enseignants, par leur focalisation sur telle ou telle catégorie d’élèves, ainsi que par l’impact de leurs pairs. La présente recherche vise à savoir comment le genre fonctionne pendant l’interaction enseignant-élève en classe dans les écoles primaires (publiques) de Shanghai aujourd’hui. Elle vise à observer comment agissent les stéréotypes du genre dans ces interactions. Pour répondre à ces questions, la recherche compare huit écoles primaires de Shanghai, sélectionnées en fonction des écarts des milieux sociaux et géographiques ainsi qu’en fonction de la réputation concernant la qualité de l’enseignement dans telle ou telle école. La méthode utilisée est d’abord celle de l'entretien avec des enseignants. Il s’agissait de leur demander qu’elle était leur conscience du genre, qu’elle était leur attitude à l’égard des élèves en fonction des deux sexes, ce qu’ils attendaient des garçons et des filles, et sur quelles catégories d’élèves ils focalisaient davantage leur attention au cours de l’enseignement. Tout cela sans révéler les objectifs de la recherche visant à mettre à jour leurs représentations et leurs préjugés concernant le genre. On a ensuite procédé à toute une série d’observations en classe réelle, pour vérifier si la pratique des enseignants correspondait ou non à ce qu’ils affirmaient dans les entretiens. De ces entretiens et de ces observations, il ressort que l’attention portée avant tout aux garçons est renforcé par le système de l’éducation chinoise qui met l’accent sur les résultats aux examens, et n’évalue les écoles et les enseignants qu’en fonction des notes obtenues par les élèves. Or, les stéréotypes du genre associent les questions de logique et d'imagination aux garçons qui sont censés pouvoir y répondre plus facilement que les filles ; et associent aux filles les questions « affectives » ou répétitives. Par ailleurs, les filles en classe se comportent plus docilement et font donc partie des élèves silencieux dont les enseignants ne s’occupent pas beaucoup. Ainsi, en analysant le processus d'interaction dans la classe entre les enseignants et les élèves, nous voyons que l’attitude et les préoccupations des enseignants, jouent à long terme un rôle très important pour renforcer les différences du genre.

  • Titre traduit

    Gender Preference in Chinese Schools : Representations and Practices of Teachers in Primary schools - the case of Shanghai


  • Résumé

    An education system exposes individuals to a process of socialization during which the values that are considered appropriate become internalized. Through this process of socialization in schools, students adopt fundamental societal values from the pedagogic contents in class and other educational venues. The awareness of the fundamental values is reinforced by teachers’ attitudes, expectations, different focuses on specific students as well as the impact of their peers.This research aims to find out what role gender plays in the teacher-student interaction in the classrooms of the primary schools (public) in Shanghai today. It seeks to examine how gender stereotypes operate in these interactions. This study compares eight primary schools in Shanghai, which were chosen because of the diverse array of student social backgrounds, geographical locations and teachers’ quality. The methodology started by interviewing teachers in the sampled schools. We did not explicitly reveal the objectives of the questionnaires in order to avoid teacher gender prejudice. Some of the questions are: Do you have different perspectives on the roles of male and female students? Do the perspectives change your expectations about the students? What impact might this "consciousness" (or non-consciousness) about gender have on student behaviour ? What attitudes may you have expressed toward girls and boys during classroom interactions? Are there any differences or similarities in your educational expectations concerning boys and girls? How do these expectation show up in the daily life of students in the classroom? Do these expectations change across subjects taught in schools? How effectively do you deal with student behavior (docility, undisciplined attitudes, etc.) Do your responses to these behaviors differ across gender? What shades can be made according to the social and geographical situation of schools in the sense that this situation leads to a different social recruiting of students? We investigate whether the thoughts and perceptions of the teachers on gender differences correlates with academic performances of boys and girls and how these differences are built into the teacher-student relationship. [...]

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot . Bibliothèque électronique (Lyon).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.