Lost in transition ? : social uses of women's part-time work hanging in between old and new logics

par Valeria Insarauto

Thèse de doctorat en SociologieSociologie

Sous la direction de Serafino Negrelli et de Catherine Marry.


  • Résumé

    Malgré la diversification croissante des usages sociaux du travail à temps partiel et des groupes de travailleurs concernés par cette forme d'emploi, son usage en tant qu'outil de conciliation travail-famille reste prédominant et il représente un élément crucial de la ségrégation sexuée des trajectoires professionnelles. Cette thèse étudie les logiques de développement de la forte féminisation du travail à temps partiel à la lumière de ses usages sociaux, pour comprendre si et comment ces derniers sont susceptibles de donner lieu à des nouvelles configurations non-sexuées d'articulation travail-vie privée. La comparaison France-Italie est utilisée en tant que véritable stratégie de recherche et constitue l'arrière-plan sur lequel est projetée l'analyse quantitative des données fournies par l'Enquête Emploi (2003-2009) et la Rilevazione sulle Forze di Lavoro (2004-2010). L'analyse situe les usages du travail à temps partiel en correspondance des transitions entre différents statuts et sphères d'activité qui peuvent se présenter au long de la vie active afin de réfléchir au rôle que le travail à temps partiel peut jouer dans ce cadre. La spécificité des pratiques d'usage du travail à temps partiel mises en place par les femmes ressort comme un important facteur de changement. Ces pratiques prennent forme dans des contextes institutionnels et socio-économiques qui engendrent différents types de contrainte et d'opportunité pour le développement de nouvelles logiques d'usage. Cela se traduit en des configurations d'usage qu'on peut qualifier de « diversifiées » en France et « polarisées » en Italie, et qui pointent la complexité des enjeux sociétaux qu'elles incarnent.

  • Titre traduit

    Lost in transition ? : social uses of women's part-time work hanging in between old and new logics


  • Résumé

    Despite the growing diversification of part-time work social uses and of the groups of workers concerned by this employment form, its use as a tool for balancing work and family remains the most widespread and it is a crucial component at the basis of gendered career paths. This thesis studies the logics behind the development of the strong feminization of part-time work in light of the social uses of women's part-time work, in order to understand if and how such uses are likely to give rise to new non-gendered configurations of work-life articulation. The comparison between France and Italy is used as an effective research strategy and it is the background on which is projected the quantitative analysis of data from the Enquête Emploi (2003-2009) and Rilevazione sulle Forze di Lavoro (2004-2010). The analysis sets part-time work social uses with respect to the transitions between différent employment statuses and sphères of activity that may occur over the life-course, with the aim of examining the rôle that part-time work can play in this context. The specificity of women's practices with respect to part-time work social uses émerges as an important factor of change. These practices arise within institutional and socio-economic contexts that trigger different types of constraint and opportunity for the development of new logics of social uses. This cornes up to patterns of use that can be defined as "diversified" in France and "polarized" in Italy, which point out the complexity of societal issues that they embody.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (454, 54 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.415-444. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2013-146
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.