Racial stacking et stéreotypes raciaux en sport collectif : le cas particulier du basket-ball en contexte français

par Rodolphe Perchot

Thèse de doctorat en Staps

Sous la direction de Marie-Françoise Lacassagne et de Philippe Castel.

Le jury était composé de Marc Levêque, Christian Vivier.

Les rapporteurs étaient Paul Fontayne, Eva Louvet.


  • Résumé

    Ce travail doctoral s’intéresse au phénomène de catégorisation et de stéréotypie à l’oeuvre lorsque se joue la discrimination relative à l’appartenance ethnique au basket-ball. Dans une première phase réalisée en milieu naturel (racial stacking dans le championnat de basket-ball professionnel français), une première étude met en évidence une tendance à la surreprésentation des joueurs « blancs » au poste de meneur, considéré comme central au regard de la performance. Dans une seconde phase s’articlant autour de trois expériences, en impliquant des sujets (sportifs et non sportifs) en tant qu’entraîneurs dans un contexte expérimental, sont mis en évidence l’existence de biais de catégorisation (racial stacking), de stéréotypes (attribution de caractéristiques en adéquation avec les stéréotypes raciaux) et de discours (implication plus favorable dans les discours pour un joueur blanc que pour un joueur noir). Contrairement aux hypothèses attendues, les sujets qui appartiennent au milieu sportif mobilisent plus fortement les stéréotypes raciaux que les sujets non sportifs. Dans une troisième phase, une étude à propos du concept de centralité au basket-ball permet de déterminer que les postes de meneur de jeu et d’arrière (extérieurs) sont considérés comme plus centraux que les postes d’ailier fort et de pivot (intérieur) et le poste d’ailier comme polyvalent (à la fois central et non central). Dans une quatrième phase, nous avons mis en exergue que les biais de catégorisation et de stéréotypie peuvent être activés dans un univers virtuel dans lequel les joueurs ont des capacités équivalentes (jeu vidéo). Les effets de discrimination (favoritisme endogroupe) sont potentialisés par l’issue positive du match. Dans une cinquième phase, à travers l’accès à la nature des relations entre basketteurs blancs et basketteurs noirs, alors que de prime abord les résultats semblent mettre en évidence une discrimination positive à l’égard des basketteurs noirs, l’analyse fait apparaître un effet de survalorisation à l’avantage des basketteurs blancs (biais d’auto-favoritisme), considérés comme plus prépondérants dans leur équipe que leurs homologues noirs. Enfin, dans une dernière phase ayant pour objectif de tester les effets de la menace du stéréotype sur la performance (aspect moteur) et le discours (aspect cognitif), les résultats ne mettent pas en évidence d’effet de la menace du stéréotype. L’évaluation entraîne une amélioration de la performance chez les joueurs noirs alors qu’elle n’a pas d’effet sur les joueurs blancs. De plus, les joueurs noirs verbalisent le stéréotype comme un boost, alors que pour les joueurs blancs, il est considéré comme un frein. En conclusion, ce travail doctoral démontre l’importance d’une investigation plurielle afin d’approfondir la compréhension des phénomènes de discrimination en sport

  • Titre traduit

    Racial stacking and racial stereotypes in team sport : the case of french basket-ball context


  • Résumé

    This doctoral research investigates how categorization and stereotypes are conveyed when it comes to ethnic discrimination in basket-ball. The first study (racial stacking which was performed in the Pro National Basket-ball League A in France) shows that white players are more likely to be over-represented when it comes to the position of point guard considered as central in regard to the performance. The available evidence produced by the second phase of the research highlights the existence of categorization (racial stacking), of stereotypes (which conveys the belief that some people possess certain genetic and ethnic traits) and of biased discourse (more favorable implication in the discourse for a white player than for a black player). This second phase focuses on three experiments involving athlete and non-athlete subjects as coaches in an experimental context. Unexpectedly, the subjects belonging to the sport community are more prone to engage in racial stereotypes than their non-athlete counterparts. In a third phase, the study on the concept of centrality in basket-ball highlights the fact that the positions of point guards and shooting guards (outside) are considered more central than the positions of power forwards and centers(inside). It is also considered that small forwards are polyvalent (central and non-central). In a fourth phase we point out that bias of categorization and stereotyping can be set off in a virtual environment in which players have equivalent capacities (in a video game). The effects of discrimination (in-group favoritism) are intensified by the successful result of the match. In a fifth phase, after examining the relationships between white and black players and though the data seem to present a positive discrimination towards the black players, the results show an exaggerated preferential treatment towards the white players (overvaluation, In-group favoritism) who are considered more predominant within their team than black players. Finally, in the last phase which aimed at testing the effects of stereotype threat over performance (motor aspect) and discourse (cognitive aspect) the results show no evidence of stereotype threat. Evaluation leads to enhanced performance among black players whereas it presents no effect on white players. In addition, black players report stereotyping as a boost whereas it is considered an obstacle among white players. In conclusion, this doctoral research shows the importance of a comprehensive examination in order to deepen the knowledge of the phenomenon of racial discrimination in sport


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (X-418 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 356-394, 562 réf. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TNSDIJON/2013/50
  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.