La pensée de Georges Bataille peut-elle constituer un apport pour les sciences de gestion ? : l’exemple de la gestion des risques psycho-sociaux dans les organisations.

par François de March (De March)

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Yvon Pesqueux.

Le président du jury était Rémi Jardat.

Le jury était composé de Julia Kristeva.

Les rapporteurs étaient Jean-Michel Besnier, Jérôme Méric.


  • Résumé

    L’objectif de ce travail est de questionner l’œuvre de l’écrivain français Georges Bataille (1897-1962) pour déterminer si elle permet ou non d’apporter de nouveaux points de vue ou de nouvelles voies de résolution des problèmes posés en sciences de gestion. Les textes sollicités sont d’abord les essais théoriques, mais aussi certaines œuvres de fiction. Ceux qui sont à l’origine de la notion de « dépense », centrale pour l’ensemble de l’œuvre, les articles correspondant aux diverses activités groupales dans les années 1930, les essais de La Somme Athéologique pendant la guerre et ceux de La Part maudite après-guerre sont examinés. On montre alors que les « notions » que ces textes mettent en jeu, qui témoignent d’une anthropologie déchirée (dépense productive / dépense improductive, homogène / hétérogène, souveraineté, communication, interdit / transgression, possible / impossible…), peuvent ouvrir des pistes de recherche dans de nombreux thèmes de sciences de gestion : le pouvoir, la culture d’entreprise, la criminalité dans les organisations, le changement organisationnel, le sens du travail, l’éthique, l’épistémologie, les rapports entre le management et les sociétés, la sexualité dans les organisations…Trois notions de Bataille (dépense, souveraineté, communication) sont ensuite sollicitées pour analyser en détail les problèmes posés par la « gestion » des risques psychosociaux. Huit cas d’organisations servent de support à l’analyse.Au final, la thèse conclut à la pertinence du recours à la pensée de Bataille pour conduire des recherches en management.

  • Titre traduit

    Can George Bataille’s thinking be a contribution to management sciences ? : the example of the management of psychosocial risks in organisations


  • Résumé

    The goal of this thesis is to question the work of the French author Georges Bataille (1897-1962) to determine whether it can bring new points of view or new attempts at solving the issues raised by management sciences. The texts which were studied are primarily theoretical essays, but also some works of fiction. Those which are at the origin of the notion of “expense”, a central notion in the entire work, the articles which correspond to various group activities in the 30’s, the essays of La Somme Athéologique during the war, as well as those of La Part maudite, after the war, were also examined. We then show that the “notions” these texts illustrate, which reflect a torn anthropology (productive/unproductive expense, homogenous/heterogenous, sovereignty, communication, interdiction/transgression, possible/impossible…), can open fields of research in numerous topics associated with management sciences: power, corporate culture, crime within organisations, organisational changes, the meaning of work, ethics, epistemology, the relationship between management and societies, sexuality in organisations…Three of Bataille’s notions (expense, sovereignty, communication) are then called upon to analyse in detail the problems raised when managing psychosocial risks. Eight case studies of organisations back up the demonstration.Finally, the thesis concludes that it is pertinent to refer to Bataille’s thinking when conducting management research.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 10-02-2033


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.