L'effet du degré d'(in)certitude sur la variabilité objective des groupes.

par Helene Font

Thèse de doctorat en Doctorat Psychologie

Sous la direction de Delphine Martinot.

Soutenue le 04-03-2013

à Clermont-Ferrand 2 , en partenariat avec Laboratoire de psychologie sociale et cognitive (Clermont-Ferrand) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Serge Guimond.

Le jury était composé de Olivier Desrichard, Christine Roland-Lévy, Peggy Chekroun, Markus Brauer.

Les rapporteurs étaient Olivier Desrichard, Christine Roland-Lévy.


  • Résumé

    Alors que de nombreuses recherches se sont intéressées à la variabilité perçue des groupes (Park & Rothbart, 1982; Quattrone & Jones, 1980), l’existence de différences de variabilité objective entre les groupes sociaux n’a suscité que peu de recherches. Il a néanmoins été montré que le pouvoir détenu par un groupe pouvait augmenter sa variabilité objective. Si les résultats des quelques études réalisées sur le sujet tendent vers cette conclusion, des résultats contradictoires ont également pu être observés. L’objectif de cette thèse est de mieux comprendre ces différences de variabilité objective, notamment via l’étude de l’(in)certitude, définie comme la capacité à comprendre et à prédire son environnement. Après une revue des nombreux concepts associés au terme d’ « incertitude »,nous proposons cinq études qui visent à définir précisément l’« (in)certitude » manipulée dans cette thèse. Par la suite, nous testons l’hypothèse d’une augmentation de la variabilité objective avec le degré de certitude au travers de six études, dont trois en contexte écologique. Dans les expériences en laboratoire, le degré d’(in)certitude ressentie par les membres de groupes artificiels a été expérimentalement manipulé et la variabilité des groupes mesurée par diverses méthodes (écart à la norme et distance entre les choix des membres). Cette manipulation expérimentale de l’(in)certitude a également été testée en contexte écologique avec les membres de groupes naturels. Enfin, deux études ont traité des données écologiques recueillies lors de la Coupe du Monde de Football 2010 et dans une enquête internationale et longitudinale, l’European Values Survey. Nos résultats montrent qu’il semble possible d’influencer la variabilité des groupes par une modification de l’(in)certitude ressentie par leurs membres. Les groupes composés de membres certains sont objectivement plus variables que les groupes composés de membres incertains. De plus, en laboratoire comme avec les données écologiques, nous avons pu établir un lien entre nos recherches et les précédentes concernant l’effet du pouvoir sur la variabilité objective.


  • Résumé

    A lot of studies have focused on perceived group variability (Park & Rothbart, 1982;Quattrone & Jones, 1980) while very few were interested in the existence of objectivedifferences in variability between groups. Nevertheless, it was shown that the power held bya group could increase its objective variability. If the results of some studies tend to this conclusion, contradictory results have also been observed. The aim of this work is to better understand differences in variability objective, particularly through the study of(un)certainty, defined as the ability to understand and predict the environment. After are view of numerous concepts associated with the term "uncertainty", we propose five studies aimed at defining precisely the "(un)certainty" handled in our work. Subsequently, we testour hypothesis about the influence of (un)certainty on the objective variability through six studies, three of them in ecological context. In laboratory, the degree of (un)certainty felt by artificial group members was experimentally manipulated and variability of groups wasmeasured by different methods (deviation from the norm and distance between the choicesof members). This experimental manipulation of (un)certainty was also carried out in an ecological context with members of natural groups. Finally, two studies have dealt with ecological data collected during the Football World Cup 2009 and in an international and longitudinal investigation, the European Values Survey. Our results show that it seemspossible to influence the variability of groups by a modification of the (un)certainty felt bytheir members. Groups composed of members who are certain are objectively more variable than groups composed of members who are uncertain. In both type of data, in laboratory and in ecological context, we were able to establish a link with the previous research on the effect of power on objective variability.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.