Des écrivaines du Viêt-Nam en quête d'un ancrage : Linda Lê, Kim Lefèvre et Anna Moï

par Julie Assier

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Christiane Chaulet-Achour.

Le président du jury était Sylvie Brodziak.

Les rapporteurs étaient Thanh-Vân Ton-That, Ieme Van der Poel.


  • Résumé

    Cette thèse se propose d'interroger l'existence possible d'une francophonie littéraire du Viêt-Nam. En cernant le profil si particulier des œuvres francophones de ce pays, notre démonstration consiste à éclairer leur position dans le champ littéraire. Leur marginalisation a semblé être un élément crucial à analyser, posant la question des causes, mais aussi des conséquences sur leur réception. En effet, leur difficulté à se constituer en ensemble littéraire autonome au sein d'une littérature nationale ou à s'intégrer dans la littérature française est apparue de façon prégnante. Cette oscillation tant au niveau d'un ensemble que d'une œuvre particulière a été un des moteurs de notre analyse. Marquée du sceau de l'origine de ses acteurs et actrices, elle est perçue comme singulière. Mais elle n'est pas un volet de la littérature nationale du Viêt-Nam. Où est donc son avenir ? C'est pour mieux comprendre cette singularité que nous avons étudié les œuvres de trois écrivaines contemporaines : Kim Lefèvre, Anna Moï et Linda Lê. Elles sont le visage le plus connu de cette francophonie, sans que leur projet initial soit de s'y inscrire. Elles empruntent des chemins littéraires différents, illustrant ainsi leur difficile quête d'ancrage. Leur place spécifique dans le champ critique francophone nous a obligée à des incursions critiques développées, d'où l'ampleur de la bibliographie. Celle-ci prépare et ouvre d'autres voies d'exploration.

  • Titre traduit

    Women writers from Viêt-Nam questing integration : Linda Lê, Kim Lefèvre et Anna Moï


  • Résumé

    This thesis investigates the potential existence of a French written literature from Vietnam. In exploring these singular works from this country, our aims are to highlight their specific position in the literary field. The marginalization of these works emerges as a key point to explain their origin as well as the consequences on their reading and broadcasting. The difficulty to constitute a separate field in the national Vietnamese literature or to be fully integrated in the French literature is evident. The oscillation of a particular work or a group of works between these two statuses was the foundation of our analysis. In addition, while they displayed defined specificities, they are not considered as an individual field in the national Vietnamese literature. What should be the future of such literary style? In view of a better understanding of its singularity, we specifically analyzed the works of three of the most famous contemporary women writers in this field: Kim Lefèvre, Anna Moï and Linda Lê. While their initial purpose was not to be a part of this literary trend, these authors used different ways to achieve works that could be classified in similar manner. This illustrates the difficulty to integrate them into a specific literary field. To analyze their specific position in the Francophone critical field, we constantly had to perform numerous critical incursions, which explains the large amount of bibliography. This thesis prepares and opens the way for further explorations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Cergy-Pontoise. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.