Effets sur la santé d’un pesticide et des OGM à pesticides

par Robin Mesnage

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Gilles-Éric Séralini.

Soutenue en 2013

à Caen .


  • Résumé

    Les herbicides à base de glyphosate sont les pesticides les plus utilisés à travers le monde, leur utilisation s’intensifiant avec les cultures d’OGM conçues pour les tolérer. La revue de la littérature scientifique et des tests réalisés par les compagnies de pesticides montre que l’évaluation des effets sur la santé du Roundup et des OGM est insuffisante. Leurs effets à long terme n’avaient jamais été évalués jusqu’à ce que l’on fasse notre propre expérience. Dans cette étude, le Roundup et l’OGM (NK603) entrainaient une augmentation de l’incidence des tumeurs mammaires, et impactaient aussi les foies et les reins de rats à partir de faibles doses environnementales. Ces effets s’expliquent par la négligence des effets hormonaux et spécifiques aux sexes, mais aussi par la toxicité d’adjuvants qui sont considérés comme inertes dans les formulations de pesticides. Les adjuvants éthoxylés, 10. 000 fois plus toxiques que le glyphosate sur les cellules humaines, sont de bons candidats pour expliquer les effets toxiques du Roundup. Nous avons démontré que la toxicité des adjuvants était négligée d’une manière générale dans l’évaluation des effets des pesticides. Ces lacunes entrainent une sous-estimation de la dose journalière admissible du Roundup. Les toxines Bt, qui sont le deuxième principal type de pesticides associés aux OGM, s’avèrent toxiques sur les cellules humaines, contrairement à toutes les idées préconçues mais appliquées à la réglementation sans preuves scientifiques. Toutes ces études ont donné naissance à de vives polémiques qui ont permis de dévoiler la façon dont les conflits d’intérêts dans l’évaluation des effets secondaires peut entrainer des risques pour la santé.

  • Titre traduit

    Health effects of a pesticide and its associated GMO


  • Résumé

    Glyphosate-based herbicides are the most used pesticides worldwide, their use is increasing with GM crops that are designed to tolerate their residues. A review of the scientific literature and of the tests carried out by pesticide companies showed that the health effects assessment of Roundup and GMOs is insufficient. Their long-term effects were never evaluated until we made our own experience. In this study, Roundup and a GMO (NK603) increased the mammary tumors incidence, and also impacted livers and kidneys of rats from low environmental doses. These effects are due to the neglecting of hormonal and sex-specific effects, and of the toxicity of adjuvants which are mistakenly considered inert in pesticide formulations. Ethoxylated adjuvants are 10. 000 times more toxic than glyphosate on human cells, and are thus good candidates to explain the chronic toxic effects of Roundup. We have demonstrated that the neglecting of adjuvants is a general feature of pesticide toxicology. These gaps lead to an under-estimation of the Acceptable Daily Intake of Roundup. Bt toxins are the second most common type of pesticide associated with GMOs. We evidenced their toxicity to human cells, by contrast to all preconceived ideas used in the regulations without scientific evidence of innocuity. All these studies have given rise to heated debates that have revealed how conflicts of interests in the assessment of side effects can lead to health risks.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 400 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Rosalind Franklin (Sciences-STAPS).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TCAS-2013-99
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Rosalind Franklin (Sciences-STAPS).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TCAS-2013-99bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.