Les contes de Benjamin Péret : réinvention poétique d'un genre en contexte surréaliste

par Gaëlle Quemener

Thèse de doctorat en Langues et littérature française

Sous la direction de Marie-Paule Berranger.

Soutenue en 2013

à Caen .


  • Résumé

    En partant de la volonté de lever le voile sur une forme littéraire méconnue du surréalisme, on se propose d’étudier les contes de Benjamin Péret (1899-1959). Ces derniers, écrits pour la plupart au cours de la première moitié des années vingt, offrent un témoignage poétique de choix sur le contexte de formation du mouvement dont André Breton proclame officiellement la naissance en 1924. Les fictions brèves de Péret révèlent un imaginaire nourri à la fois des réflexions et expérimentations avant-gardistes autour du langage et des recherches surréalistes portant sur le rêve, l’inconscient, le merveilleux. Le conte est également marqué par une révolte brûlante. Alors que la Première Guerre mondiale vient de s’achever, une haine du patriotisme belliqueux, un refus radical de la société contemporaine et un rejet du catholicisme donnent à la fiction ses couleurs révolutionnaires tandis que la mentalité enfantine, la pensée mythique et le désir érotique sont exaltés. On s’attache à montrer que le conte surréaliste est le lieu d’un profond renversement des valeurs en même temps qu’un espace textuel privilégié pour l’expression du fantasme. La structure du conte traditionnel empruntée par Péret est repensée, subvertie par le verbe automatique et par une poétique de l’image qui fait dériver l’ancien genre vers une forme hybride, surréaliste à part entière, où se mêlent proses hallucinées, narrations conscientes, poèmes et récits de rêves.

  • Titre traduit

    The Tales of Benjamin Péret : poetic reinvention of a literary genre in the context of Surrealism


  • Résumé

    Based on the desire to shed light on a little-known literary form of surrealism, this thesis studies the tales of Benjamin Péret (1899-1959). These short stories, mostly written during the first half of the twenties, reflect the first poetic concerns of the movement which André Breton officially proclaimed the birth of in 1924. They reveal an imagination influenced by the avant-garde reflections around language on the one hand, and, on the other hand, by Surrealist research on dreams, the unconscious and the marvellous. Péret’s tales are also marked by a burning revolt. With the First World War having ended, a hatred of patriotism, a radical rejection of contemporary society and an aversion to Catholicism are violently expressed whereas child mentality, mythical thought and erotic desire are exalted. I will try to show that the tale is the place of a revolutionary reversal of values as well as a perfect textual space for the expression of fantasy. The structure of traditional genre is subverted by verbal automatism and by poetic images. Thus, the tale becomes a hybrid literary form which combines poetry, stream of consciousness narrative episodes and dreamlike prose.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (564 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 426 ref. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2013 QUEMENER B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.