Représentations diaboliques et infernales dans les romans de Thomas Hardy : emprunts et métamorphoses

par Gildas Lemardelé

Thèse de doctorat en Langues et Littératures Anglaises et Anglo-Saxonnes

Sous la direction de Isabelle Gadoin et de René Gallet.

Soutenue en 2013

à Caen .


  • Résumé

    Au départ perçue comme pastorale (Under the Greenwood Tree, 1872, et Far From the Madding Crowd, 1874), l’œuvre romanesque de Thomas Hardy contient pourtant en germe des images diaboliques et infernales. Cette tendance s’affirme plus nettement à partir de The Return of the Native (1878), et dans Tess of the d’Urbervilles (1891), elle prend une importance structurelle. Cette thèse met en rapport les représentations diaboliques et les problématiques diverses liées aux bouleversements culturels et intellectuels qui ont marqué la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Dans un premier temps, cette étude s’intéresse aux réécritures du mythe littéraire du Diable chez Hardy, puis dégage les significations possibles de ces représentations diaboliques et infernales. Celles-ci présentent une dimension religieuse : le diabolique sert à manifester une forme d’antichristianisme, qui renverse les éléments théologiques traditionnels. Leur teneur mythique recèle, quant à elle, une interprétation symbolique des mystères du mal et du chaos dans le monde : la dimension cosmologique de ces représentations diaboliques fait transparaître les influences, entre autres, du darwinisme et du pessimisme, ainsi que du conflit entre sciences et foi chrétienne.

  • Titre traduit

    Diabolical and infernal representations in thomas Hardy's novels : Borrowings and metmorphoses


  • Résumé

    Although Thomas Hardy’s early prose fiction (notably Under the Greenwood Tree, 1872, and Far From the Madding Crowd, 1874) has often been perceived in a pastoral light, it contains the germs of infernal and diabolical images. These became manifest in The Return of the Native (1878); and in Tess of the d’Urbervilles (1891) they took on a structural influence. The contribution of this thesis lies in relating the diabolical representations with the numerous issues resulting from the cultural and intellectual upheavals that marked the late nineteenth century. This study first focuses on Hardy’s rewritings of the literary myth of the Devil, and then goes on to suggest possible meanings for these diabolical and infernal representations. Such representations include a religious dimension: the diabolical is used to express a form of anti-Christian sentiment, which overturns traditional theological elements. As to their mythical content, it implies a symbolic interpretation of the mysteries of evil and chaos in the world: the influences, among others, of Darwinism and pessimism, as well as the conflict between science and the Christian faith transpire through the cosmological dimension of these diabolical representations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 314 ref. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Pierre Sineux (Droit-Lettres).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THESE CAEN L 2013 LEMARDELÉ B

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.