Des clichés protectionnistes aux approches intégratives : l'exemple des réserves naturelles de France

par Clara Therville

Thèse de doctorat en Aménagement de l'espace, urbanisme

Sous la direction de Frédéric Bioret et de Raphaël Mathevet.

Soutenue le 21-03-2013

à Brest , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) , en partenariat avec Institut de géoarchitecture (laboratoire) .


  • Résumé

    Les politiques de conservation de la nature ont largement évolué ces quarante dernières années. Si les premières aires protégées ont été créées selon un modèle ségrégatif, elles s’inscrivent aujourd’hui dans des modèles intégratifs. De fait, les aires protégées et leurs gestionnaires ne jouent plus les mêmes rôles au sein des socioécosystèmes. Leurs objectifs, leurs pratiques de conservation, les modes de régulation et de prise de décision, l’articulation avec les territoires environnants ont évolué. Nous nous concentrons ici sur les réserves naturelles françaises (RN), l’un des principaux outils réglementaires de protection de la nature en France. Nous caractérisons les interactions entre RN et territoires et les enjeux qui y sont liés, dans la perspective de cette transition ségrégatif – intégratif. Cette étude porte sur deux échelles distinctes : l’échelle nationale et l’ensemble des 277 RN, et l’échelle locale avec 10 études de cas. À l’échelle nationale, l’analyse de l’émergence des thématiques liées au développement durable des territoires dans le réseau des RN met en évidence les enjeux institutionnels, organisationnels, culturels et stratégiques de ce réseau, et permet de discuter la thèse d’une institutionnalisation inachevée. Nous montrons ensuite qu’il existe différents types de RN selon les pratiques mises en œuvre par les gestionnaires. Nous analysons ces investissements variés sur la base de trois types de facteurs : (i) les caractéristiques géographiques des RN ; (ii) le gestionnaire : son système de valeur et son profil socioculturel et (iii) les caractéristiques du territoire environnant. Avec nos 10 cas d’étude, nous caractérisons les socioécosystèmes constitués par les RN et les territoires environnants. Nous analysons dans le détail l’articulation identifiée à l’échelle nationale entre perceptions des acteurs, pratiques, caractéristiques des sites, des territoires et des gestionnaires, à l’intérieur des RN, mais également au-delà de leurs limites spatiales et fonctionnelles. À l’aide des cadres d’analyse des socioécosystèmes complexes, de la solidarité écologique, de la political ecology et de l’analyse institutionnelle, nous identifions les interactions entre RN et territoire, et mettons en lumière les limites des arrangements institutionnels mis en œuvre. Nous concluons sur la notion de trajectoire des sites, et dans une perspective de recherche appliquée, sur les implications de nos résultats pour le réseau des RN.

  • Titre traduit

    From rigid protection towards integrative conservation management in social-ecological systems : a study of French Nature Reserves


  • Résumé

    During the last four decades, nature conservation in protected areas (PAs) has been characterized by major changes. Early PAs have often been perceived as human-exclusion areas, whereas modern PAs have been designated more as integrated conservation and development projects. This evolution has involved major changes in objectives, management practices, governance systems, and relationship of PA’s to their surrounding environments. Nowadays, PA managers take into account processes that go beyond PA boundaries, investigate economic and social issues of development, and pay a special attention to local involvement. Here, we focus on French Nature Reserves (NRs), one of the main regulatory tools of the French nature protection policy. We characterize the interactions between NRs and the socioecosystems in which they interact. This study focus on two scales: the national scale and all of the 277 nature reserves, and the local scale with 10 case studies. At the national scale, we show how the emergence of sustainable development discourses in the nature reserve network have led us to analyze institutional, organizational, cultural and political issues. We describe the distribution of NR practices along a gradient going from a traditional model to an integrative model. We explain the observed practices as a combination of three types of variables : (i) general geographical characteristics of the NRs; (ii) value systems and perceptions of managers and (iii) characteristics of surrounding environments. On the basis of 10 case studies, we characterize the socioecosystems constituted by NRs and their surroundings territories. We analyze the articulation identified at the national scale between conservation practices, characteristics of NRs, territories and managers, both inside the reserves and beyond their spatial and functional boundaries. On the basis of frameworks for analyzing sustainability of complex socioecosystems, ecological solidarity, political ecology and institutional approaches, we identify the key variables in the implementation of collective action and adaptive management of both NRs and socioecosystems. Our analysis illustrates the limits of the implemented institutional arrangements. We conclude on the idea of NR trajectories, and on the practical implications of this work for the French NR system.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.