Cultures locales et identités : l’exemple des pays du Sud Sud-Ouest landais (France)

par Marie Pendanx

Thèse de doctorat en Géographie humaine

Sous la direction de Guy Di Méo.

Le président du jury était Jean-Pierre Augustin.

Le jury était composé de Guy Di Méo, Marie-Claude Maurel, Jean-Robert Pitte, Pascal Buléon, Bernard Chérubini.

Les rapporteurs étaient Marie-Claude Maurel, Jean-Robert Pitte.


  • Résumé

    Dans le cadre de la mondialisation et dans celui, concomitant, d’une certaine uniformisation culturelle, nous sommes confrontés au paradoxe de l’émergence d’identités et de territoires très localisés (en Aquitaine comme ailleurs), s’appuyant sur des représentations comme sur des pratiques culturelles originales ou, tout au moins, qui s’affichent comme telles. En quoi consistent exactement ces cultures locales qui souvent se déclinent dans un contexte de recomposition socio-spatiale plus ou moins profonde (périurbanisation, littoralisation des populations …) ? Dans quelle mesure la confirmation ou l’émergence de ces cultures locales identitaires et territorialisées exerce des incidences sur la citoyenneté, l’aménagement du territoire et le développement territorial ? Comment des univers sociaux arrivent-ils à s’affirmer ? Sur notre terrain d’investigation, l’angle du département des Landes et plus particulièrement sa partie sud-ouest au contact du Pays-Basque et du Béarn, nous sommes en présence d’une société qui est en renouvellement. Il est par conséquent opportun de s’interroger sur la manière dont se constitue la localité que nous avons choisie comme espace d’étude. Etant confrontés à des objets changeants, chargés d’idéologies, de représentations, nous avons adopté une démarche combinatoire qui s’inscrit au cœur d’une géographie sociale et humaniste. Le travail d’enquête et de recherche réalisé nous permet de montrer que sur cet espace la culture locale est une culture marquée par des apports extérieurs et des singularités propres. L’étude de la vie quotidienne dans notre aire d’investigation sud-landaise a mis en évidence des éléments endogènes constitutifs d’une culture de l’habiter, de l’Ici, de la fête, vivante et populaire. Pour autant, ces spécificités apparentes ne sont le produit que de "branchements" réalisés par des individus de plus en plus mobiles, indépendamment du contexte urbain ou rural. Le local apparait ainsi comme une construction permanente, innovante à travers une logique de "bricolages" identitaires.

  • Titre traduit

    Local cultures and identities : the example of the countries of the South Southwest of the Landes (France)


  • Résumé

    Within the framework of globalization and the implicit process of cultural standardization, we are confronted with the paradoxical emergence of local identities and territories - in Aquitaine and beyond - which are supported by original cultural practices or claiming, at least, to be as such. What are the particulars of these local cultures, which often come in a variety of forms in the context of a more or less deep sociospatial recomposition (development of peri-urban et coastal areas) ? To what extent do the confirmation or emergence of these cultures, firmly rooted in local identities and territories, impact on citizenship, country planning and regional development ? How can social realities assert themselves ?On our ground of investigation, the south-west corner of the Landes département bordering the Pays basque and the Béarn, we are in front of society in a state of renewal. Therefore it is convenient to figure out the lines along which the local territory we chose takes shape. Confronted with changing objects full of ideologies and representations, we adopted a combining approach which lies at the heart of a social and humanist geography. Our work of investigation and research has enabled us to show that the local culture of this area is marked both by external influences and its own features. The study of daily life in our area of investigation in the south of the Landes has shed light on the inner components of a whole culture based on living, the sense of the “here” and popular and lively celebrations. Nevertheless these apparent specificities are the outcome of “connections” worked out by increasingly mobile individuals, regardless of the urban or rural context. Local features thus turn out to be permanently under an innovatory process of construction fed by makeshift identity creations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.