Urbanisation et dynamique des transports "informels" et des mobilités dans les villes secondaires sénégalaises : les cas de Touba, Thiès et Saint Louis

par Djib Faye

Thèse de doctorat en Géographie Tropicale

Sous la direction de Serge Morin.

Le président du jury était Jean Varlet.

Le jury était composé de Serge Morin, Yamina Djellouli, Laurent Couderchet, Xavier Godard.

Les rapporteurs étaient Jean Varlet, Yamina Djellouli.


  • Résumé

    La croissance explosive de la population sénégalaise a permis d’atteindre 13 millions d’habitants en 2009 contre 2 millions en 1950. La moitié de cette population, constituée largement de jeunes, vivent dans les zones urbaines comme Touba, Thiès et Saint Louis. Cet essor démographique a conduit à l’extension spatiale et la création de nouvelles centralités dans les villes sénégalaises. Il en résulte des paysages urbains et des fonctions très contrastés. Ce décalage fonctionnel et géographique a créé des besoins de mobilités très fortes.Dans les zones urbaines non planifiés et/ou éloignées des centres, les mobilités de proximité se développent par le biais de la marche à pieds et des transports hippomobiles. Alors que les déplacements menant vers les centres pour des motivations de travail, de commerce, d’études ou d’accès aux services divers se font essentiellement via les transports collectifs motorisés.De toute évidence, les relations entre transport et urbanisme sont ambivalentes. Si l’urbanisation précède le réseau de transport dans les quartiers périphériques, ailleurs, ils jouent un rôle majeur dans la structuration des espaces urbains notamment dans les centres historiques et le long des grands axes routiers.Pourtant, les transports informels opèrent en marge des règles pour satisfaire les besoins de mobilité des usagers à faible revenu. Ce qui rend ainsi éminent le rôle des pouvoirs publics dans la régulation des transports.

  • Titre traduit

    Urbanization and dynamics of informal transports and mobilities in secondary cities in Senegal : cases of Touba, Thiès and Saint Louis


  • Résumé

    Senegal’s population grew in excess of 13 million people in 2009 from 2 million in 1950. The urban population growth led to the spatial extension and centralities of the cities. Half of the population, largely young, lives in urban areas like Touba, Thiès and Saint Louis. That gave a very contrasting urban landscapes and diverse urban functions. This shift has created very strong functional and geographical mobility needs. In urban unplanned areas and / or remote from centers, local mobility grew through walk and horse-drawn transport. Movements leading to the centers for reasons of work, commerce, education or access to various services abound via motorized transport.Clearly, the relationship between transport and urban planning are ambivalent. If urban development precedes the transport network in the suburbs, elsewhere, it plays a major role in the structuring of urban areas, especially in the historic centers and along major highways.Yet this informal transport is operating outside the rules, it meets the mobility needs of many low-income users. Thus, it is making prominent the role of the government to regulate the transports sector.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.