Électromyographie laryngée du langage intérieur dans la flexibilité mentale et la mémoire

par Lucie Laurent

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Louis Millot et de Fabien Mathy.

Soutenue le 13-12-2013

à Besançon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Espaces, Temps, Sociétés (Besançon ; 1991-2016) , en partenariat avec Laboratoire de neurosciences : intégratives et cliniques (Besançon) (laboratoire) et de Laboratoire de Neurosciences Intégratives et Cliniques (laboratoire) .

Le président du jury était André Didierjean.

Le jury était composé de Jean-Louis Millot, Fabien Mathy, André Didierjean, Agnès Blaye, Cédric Bouquet, Laurence Casini, Patrick Lemaire.

Les rapporteurs étaient Agnès Blaye, Cédric Bouquet.


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet l’étude du langage intérieur dans la flexibilité mentale et la mémoire à court terme à l’aide de l’électromyographie de surface, une méthode qui a permis d’enregistrer l’activité électrique des muscles laryngés. Pour étudier le rôle du langage intérieur dans la flexibilité, six expériences ont été réalisées en manipulant la complexité des tâches, ainsi que l’âge des participants. Les résultats montrent une sollicitation plus importante du langage avec la complexité des tâches, que ce soit pour encoder les règles en mémoire ou pour classer les stimuli, et ce d’autant plus que les participants sont âgés. Nous discutons ces résultats en rapport avec les études utilisant la méthode de suppression articulatoire. Concernant le rôle du langage intérieur dans la mémoire à court terme, deux expériences ont été réalisées avec pour objectif principal l’étude de l’effet de similarité phonologique. Les résultats montrent une quantité de langage plus importante pour les lettres dissimilaires, qui ont aussi été mieux restituées par les participants. A l’inverse, nous avons observé un meilleur rappel de l’ensemble des lettres pour les participants sollicitant de façon plus modérée le langage intérieur. Ces résultats sont mis en rapport avec les processus d’interférences motrice et auditive qui gouvernent la mémorisation à court terme.

  • Titre traduit

    Laryngeal electromyography of inner speech in mental flexibility and memory


  • Résumé

    In this thesis, we examined the role of inner speech in mental flexibility and short-term memory using laryngeal surface electromyography, a method for recording inner speech signals. Six experiments manipulating tasks complexity and age of participants were performed to study mental flexibility. Results showed a greater use of inner speech with tasks complexity, either when encoding the rules in memory or while sorting the stimuli, and especially when the participants were older. We discuss the results with reference to articulatory suppression, an alternative method for studying inner speech. To study inner speech in short-term memory, two other experiments were performed with the main objective of studying the phonological similarity effect. Results showed a greater amount of language for dissimilar letters which were also better recalled by participants. On the contrary, we observed a better recall of letters (being similar or dissimilar) by participants who resorted to language moderately. These results suggest that both motor and auditory types of interferences can affect short-term memorization.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (137 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 121-134

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2013.033
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.