L'inégalité devant la mort : Approche socio-anthropologique de la mortalité différentielle en France

par Aurélien Cintract

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jean-Michel Bessette.

Le président du jury était Bruno Péquignot.

Le jury était composé de Jean-Michel Bessette, Bruno Péquignot, Christine Détrez, Dominique Jacques-Jouvenot.

Les rapporteurs étaient Bruno Péquignot, Christine Détrez.


  • Résumé

    En mobilisant sociologie,anthropologie,démographie et histoire,on remarque que la mort,phénomènebiologique,fait de nature,et aussi un fait de culture devant lequel les hommes ne sont pas égaux. En dépit desprogrès de l’espérance de vie,la mort ne frappe pas tout le monde de la même façon. Après avoir finementanalysé les statistiques de mortalité en fonction de différentes variables (sexe,professions,niveaud’instruction,état matrimonial,habitat),nous insistons sur les conditions de vie–notamment les conditions detravail-susceptibles de retentir sur l’état physique, psychique des personnes. Les modes devie,l’habitat,l’environnement, la situation familiale ouvrant sur la vie sociale (affiliations) exercent aussi deseffets propres sur la longévité. Les catégories sociales défavorisées,fragilisées par leur condition,pouvantdifficilement se soustraire à nombre de facteurs de risques sont davantage soumises à tout un ensemble de causespouvant conduire à la pathologie. D’où une inégalité sociale face à la morbidité, une inégalité face à l’ensembledes facteurs débouchant potentiellement sur la maladie puis la mort. La mort inégale traduit en fait l'inégalité desconditions:les statistiques de la mortalité brossent le tableau de la somme cumulée des inégalitésvécues,incorporées. La surmortalité des classes dominées peut même être lue comme un produit de ladomination. L’approche socio-anthropologique permet de faire le pont entre une sociologie portant l’accent surles phénomènes de domination parcourant les rapports sociaux et les effecteurs biologiques des comportements,offrant ainsi une vision globale, proprement anthropologique du phénomène étudié.

  • Titre traduit

    Inequality against mortality : Socio-anthropological approach of differential mortality in France


  • Résumé

    If we look through sociology, anthropology, demography and history, one may notice that death, being abiological phenomenon, a natural fact, is also a cultural fact in front of which men are not equal. For, despitethe progress made throughout history regarding life expectancy, death does not strike everyone the same way.After having thoroughly analysed mortality statistics according to different variables (gender, employment,education, marriage settlement, housing), we insist on living conditions-mainly on working conditions-whichmay have consequences on a person's physical and psychological state. We show how way of life, housing, theenvironment or even affiliations can affect life expectancy. Disadvantaged backgrounds, made vulnerablebecause of their living conditions, since they cannot avoid some factors of risk, are even more subject to causesthat may lead to a pathology, sooner or later. In that respect, we can talk about a social inequality againstmorbidity, that is to say an inequality against all the various factors which may lead to disease, then to death.Thanks to our research, we learn that unequal death is a result of unequal social conditions. Mortality statisticsdepict the sum of the inequalities, lived and integrated. Eventually, the highest death rates of the dominatedclasses could be read as a product of domination. Indeed, the socio-anthropological approach tries to make alink between a social issue, emphasizing on phenomena of domination through social relationships, andbiological effectors of behaviours, giving an overall vision, in a proper anthropological way of the phenomenonstudied. Finally, death is culturally established.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (409-[40] p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 398-408

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2013.004
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.