Communication et malentendu dans la didactique du Français Langue Etrangère.

par Rémy Mettetal

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Patrick Anderson.

Le président du jury était Jean-Marie Prieur.

Le jury était composé de Patrick Anderson, Alexandre Duchêne, François Migeot.

Les rapporteurs étaient Jean-Marie Prieur, Alexandre Duchêne.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur les questions liées au malentendu et à la communication dans le cadre de la didactique du Français Langue Etrangère. Une double question se pose de prime abord : d’une part, comment la communication est-elle envisagée dans didactique du FLE ? Et d’autre part : que peut-on opposer à cette vision du « tout-communicatif » ? Quelle autre façon d’envisager l’enseignement d’une langue étrangère pourrait-on opposer à cette dogmatique de la communication ?Il apparait qu’il y a dans la didactique actuelle des langues une obsession de la communication et une vision simplifiée des échanges langagiers. N’y a-t-il pas aujourd’hui dans la didactique du Français Langue Etrangère un malentendu à propos de la communication, concernant à la fois la façon dont on l’envisage et la place prépondérante qui lui est faite ?Plutôt que de se polariser comme à l’accoutumée sur la capacité des apprenants à transmettre des informations d’un pôle à un autre, il s’agit dans ce travail de proposer une autre perspective prenant davantage en compte le sujet et son intrication dans les langues. Sans doute serait-il profitable pour le Français Langue Etrangère de considérer davantage la relation entre un sujet et une langue plutôt que la relation de communication émetteur-récepteur ou énoncé-destinataire. Peut-être devrions-nous davantage prendre en compte la relation primordiale qui se construit entre une langue venue d’ailleurs et un sujet incorporant dans son esprit cet idiome étranger.

  • Titre traduit

    Communication and missunderstood in the teaching of French as a foreign language


  • Résumé

    This thesis focuses on issues related to misunderstanding and communication within the teaching of French as a Foreign Language. From the outset, a double question arises: first, how is communication considered in the teaching of FFL? And secondly: what can we oppose this “all-communicative” view? How else could the teaching of a foreign language be opposed to this dogmatic conception of communication?It appears that there is in the current teaching of languages an obsession with communication and a simplified view of language exchanges. Is there not today in the teaching of French as a Foreign Language a misconception about communication, both about how it is viewed and the prominent place which it is given?Rather than concentrating as usual on the learners’ ability to transmit information from one pole to another, it is the aim of this work to propose another perspective taking greater account of the subject and his entanglement in the languages. Without doubt it would be profitable for French as a Foreign Language to consider further the relationship between a subject and a language rather than the communication relationship transmitter-receiver or statement-recipient. Maybe we should take greater consideration of the crucial relationship that is built between a language from elsewhere and a subject incorporating in his mind that foreign idiom.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (359 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.343-354. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2013.002
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.