Développement numérique, territoires et collectivités : vers un modèle ouvert

par Sophie Houzet

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Loïc Grasland.

Soutenue le 23-04-2013

à Avignon , dans le cadre de École doctorale 537 « Culture et patrimoine » (Avignon) .

Le président du jury était Gabriel Dupuy.

Le jury était composé de Claudine Chassagne, Marc Luycks Ghisi.

Les rapporteurs étaient Gilles Puel, Alain Rallet.


  • Résumé

    Depuis une vingtaine d'année, les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) se diffusent dans notre quotidien autant que dans les territoires. Leur appropriation massive, combinée à la déréglementation des télécommunications et à l'évolution continue du web pose la question de leurs effets sur les organisations spatiales. L'objet de cette recherche est d'apporter aux territoires une lecture de leur évolution dans les domaines de l'aménagement numérique, de l'innovation dans les services et dans l'appropriation des usages de TIC, ainsi que dans la co-construction de biens publics et la création d'écosystèmes basés sur les valeurs d'une " Société de la Connaissance ". Une première partie est consacrée au contexte très évolutif de la diffusion des TIC dans la société. Par une approche combinant des dimensions législatives, technologiques, économiques et organisationnelles, les enjeux de la Société des Connaissances sont posés au niveau national et en référence aux cadres d'orientation stratégique européens. Une seconde partie analyse la diffusion des TIC dans les territoires. Celle-ci ne relevant pas d'une simple présence ou absence des technologies disponibles, elle rend aussi compte des stratégies commerciales d'opérateurs, des priorités politiques et d'appropriations différenciées des usages. Tous ces éléments n'opèrent pas au même rythme et ne s'articulent pas de manière équivalente. La méthode est basée sur l'analyse des réseaux en trois niveaux, explicitée par G. Dupuy en 1991. La douzaine d'indicateurs pris en compte pour cette analyse et ont été choisis pour leur caractère structurant : déploiement de Réseaux d'Initiative Publique, localisation des entreprises de TIC, mise en réseau d'Espaces Publics Numériques,... Des croisements de ces indicateurs permettent de brosser le paysage de la diffusion spatiale des TIC sur une période de 10 ans (2002- 2012). La complexité induite ne pouvait être explicitée sans adopter une approche systémique pour modéliser l'évolution des territoires dans le temps ainsi que les enjeux auxquels les décideurs sont confrontés. Le socle théorique de référence de la troisième partie est celui de l'approche systémique dont les travaux de Joël de Rosnay dans Le Macroscope (1975), ont été précurseurs de l'évolution de la société avec les TIC. L'objectif est d'apporter des clés de lecture aux décideurs et de susciter une approche globale de l'évolution de leurs territoires dans une Société des Connaissances. A l'heure où le web évolue vers le web sémantique, où les modèles de création et diffusion de l'énergie évoluent vers des modèles distribués, un changement de modèle dans les réseaux de télécommunication est également possible : d'un modèle dominant " intégré " orienté opérateur, vers un modèle transversal, " ouvert ", orienté utilisateur. Les choix d'aujourd'hui qui engageront les territoires de demain sont explicités par la modélisation systémique.

  • Titre traduit

    Digital development, territories and public bodies : towards an open model


  • Résumé

    Over the past twenty years or so, Information and Communications Technology (ICT) has spread into our everyday lives and throughout our land. Its mass take-up, combined with the deregulation of telecommunications and the continuous development of the Internet, raise the issue of its impact on spatial and territorial organisation. The object of this research is to offer particular areas an interpretation of what has changed for them in the fields of digital planning, service innovation and the take-up of ICT facilities, as well as in the joint construction of public goods and the creation of ecosystems based on the values of the knowledge society. The first part is devoted to the fast-moving context of the spread of ICT throughout society. Employing an approach that combines legislative, technological, economic and organisational dimensions, the challenges of the knowledge society are examined at a national level and with reference to European strategic policy frameworks. The second part analyses the geographical distribution of ICT, which does not equate merely to whether the technologies available are present or absent. It also addresses operators' commercial strategies, political priorities and the differential take-up of use. Not all these factors operate at the same pace or are structured in the same way. The methodological basis is a three-tier analysis of networks, presented by G. Dupuy in 1991. The dozen indicators that contribute to this analysis were selected for their structural character: roll-out of alternative PPP broadband networks, location of ICT businesses, networking of Digital Public Spaces, deployment of e-administration service platforms, pooling of geographical data, digital sector leadership, access to public data etc. The intersections between these indicators have allowed a landscape to be painted of the spatial distribution of ICT within France over time, spanning a 10-year period between 2002 and 2012. The complexity generated could not be explained in detail without adopting a systemic approach so as to model the development of different areas over time and without citing the challenges that face decision-makers. The theoretical benchmark used as the basis for part three arose from a systemic approach, for which the work of Joël de Rosnay in "Le Macroscope" (1975) was a precursor as regards the development of an ICT-equipped society. The objective is to provide decision-makers with keys to assist comprehension as well as to encourage a global approach to the development of their areas under the knowledge society. At a time when the Internet is evolving towards a semantic web, whereby energy creation and distribution models are becoming distributed models, it is possible to change the model of telecoms networks: from the dominant, operator-oriented "integrated" model towards a more horizontal, user-oriented "open" model. A systems modelling approach explains today's choices which will affect the territories of tomorrow.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?