Dynamismes et structures de la perception dans l'œuvre de Charles Ferdinand Ramuz

par Noemi Keresztes-Kila (KilaKeresztes-kila)

Thèse de doctorat en Etudes littéraires françaises

Sous la direction de Christian Morzewski et de Árpád Vigh.

Soutenue le 29-11-2013

à l'Artois en cotutelle avec Pécsi Janus Pannonius Tudományegyetem , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (N°473) .

Le jury était composé de Christian Morzewski, Árpád Vigh, Miklós Magyar, Jean-Louis Pierre.

Les rapporteurs étaient Miklós Magyar, Jean-Louis Pierre.


  • Résumé

    Cette thèse a comme but de resituer l’œuvre de l’auteur suisse romand, Charles Ferdinand Ramuz dans le contexte français où elle a été souvent mal accueillie, plus particulièrement à l’époque contemporaine à sa création même. Afin de pouvoir situer les questionnements et les hypothèses, elle dresse un panorama des différents aspects de la réception de l’œuvre en question (malentendus, interprétations linguistiques, esthétiques et narratologiques). Ce travail souhaite s’inscrire dans le renouveau critique qui s’est fait jour dans les années soixante. Il étudie les stratégies d’expression et les techniques narratives qui rendraient possible une « langue-image » et une esthétique de la perception phénoménologico-cinématographique. Il consacre une attention particulière à l’usage ramuzien du pronom on ainsi qu’à la mise en œuvre des effets cinématographiques. L’analyse détaillée de ces constantes de l’écriture ramuzienne permettent non seulement de redéfinir les enjeux d’un regard détaché, objectif et de redécouvir le foyer perceptif comme doté de conscience et de cognition, mais aussi de poser une question qui peut paraître bouleversante : l’écriture de cet écrivain vaudois, mettrait-elle en œuvre ce que la création romanesque associée à la mouvance du Nouveau Roman définit et théorise trente ans plus tard ?

  • Titre traduit

    Dynamisms and structures of perception in the work of Charles Ferdinand Ramuz


  • Résumé

    The aim of the present thesis is to resituate the work of the Swiss writer Charles Ferdinand Ramuz in the French context in which it was frequently badly received, namely in the contemporary age of its creation. In order to situate the questions and hypotheses, the thesis will provide a panorama of the different aspects of the work’s reception in question (misunderstandings, linguistic, aesthetic and narratological interpretations). This study aims to follow in the lines of the Critical Renewal which appeared in the sixties. It will study the strategies of expression and the narrative techniques that would allow a «language-image» and an aesthetics of the phenomenological-cinematographic perception. It will focus especially on Ramuz’ usage of “on” (we) as well as on the realization of the cinematographic effects. The detailed analysis of these constants in Ramuz’ writing make it possible not only to redefine the challenges of a detached and objective view and to rediscover the perceptive focus as if it was provided with conscience and cognition but also to raise a seemingly upsetting question: may it be possible that the writing of this Vaud writer already accomplishes what the Romanesque creation in association with the movement of the New Novel (Nouveau Roman) defines and theorises thirty years later ?


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Artois (Arras, Pas-de-Calais). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.