L’art de cuire la pierre en France méditerranéenne à la fin du Moyen Âge : Approche interdisciplinaire d’un artisanat méconnu : la chaufournerie

par Christophe Vaschalde

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Aline Durand et de Jacques Thiriot.


  • Résumé

    La chaufournerie constitue un secteur de production artisanale situé à l’interface entre le bâtiment et les arts du feu. Moyennant une approche pluridisciplinaire, un portrait de cet artisanat méconnu a été dressé. Au cours du second Moyen Âge, les techniques de fabrication de la chaux utilisées dans les régions de l’arc nord-occidental de la Méditerranée sont très diversifiées. Le milieu naturel influe beaucoup sur les techniques mises en œuvre, mais aussi sur les formes d’organisation de cet artisanat. En amont de la cuisson de la chaux, les chaufourniers mettent en œuvre des processus techniques complexes, destinés à récolter et à transformer les matériaux en vue de leur utilisation dans les fours. Ainsi, les pierres à chaux doivent être extraites, concassées puis chargées. En parallèle, le combustible est récolté puis préparé. Ce sont plusieurs chaînes opératoires qui sont mobilisées pour fabriquer la chaux. Cette multiplicité n’est pas seulement technique, et trouve une traduction sociale. En effet, si la conduite de la cuisson est nécessairement l’affaire d’artisans spécialistes, les autres étapes du processus technique peuvent être confiées à d’autres catégories d’ouvriers, qui, parfois, se chargent seulement d’une séquence de ce processus. Le savoir-faire des artisans apparaît comme le fruit de contraintes matérielles et techniques, mais aussi sociales. La chaufournerie occupe une place particulière dans la société et l’économie de la fin du Moyen Âge. Malgré le caractère essentiel de la production de chaux pour alimenter certains secteurs d’activité, les chaufourniers, très minoritaires, n’occupent qu’une place secondaire dans la société.

  • Titre traduit

    Limestone cooking in mediterranean France in the early Middle Ages : Interdisciplinary approach of lime burning.


  • Résumé

    Lime burning is a section of handmade production interfacing with construction and uses of fire. With pluridisciplinary approach, a statement of this unwell known craft was exposed. During the second Middle Age, making lime technics used in the Mediterranean north-occidental areas are plural. Natural environment makes a great influence on the used technics and also on the ways to organize this craft. Before cooking the lime, lime burners are using intricated technic process in collecting and transforming materials for kilns use. The limestone must be extracted, crushed then charged up. Several “chaînes opératoires” are involved in making the lime. This multiplicity is not only a technic one but a social translation also. If the cooking section is indeed leaded by professionals handworkers, other technic sections can be consigned by other kind of workers even sometimes for just only one section. The handworkers expertise appears to be resulting material and technic restraints, but also social ones. Lime burning hold a special position in both society and economy in the end of the Middle Age. Despite the essential use of lime production in some particular industry, lime burners – not numerous - are only holding a secondary position in the medieval society


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.