Représentations sociales, émotions et rapports intergroupes : l'approche structurale comme facteur d'enrichissements mutuels

par Anthony Piermattéo

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Christian Guimelli.

Le président du jury était Fabio Lorenzi-Cioldi.

Le jury était composé de Christian Guimelli, Fabio Lorenzi-Cioldi, Dominique Muller, Pascal Moliner, Bernard Rimé.

Les rapporteurs étaient Dominique Muller, Pascal Moliner.


  • Résumé

    Dans le cadre de ce travail de thèse nous nous attachons à articuler l'approche structurale des représentations sociales avec les champs des émotions et des rapports intergroupes. Ce travail se compose ainsi de deux axes de recherche. Le premier axe (n = 340) s'intéresse à l'impact de l'infirmation ou de la confirmation de cognitions centrales ou périphériques sur les émotions dans l'optique d'éclairer le rôle que pourraient jouer ces dernières dans le cadre de la dynamique représentationnelle. Les deux recherches réalisées à cette occasion nous amènent à considérer que le système périphérique serait générateur d'émotions et que celles-ci se situeraient alors au cœur du processus conduisant les individus à réagir à une modification de leur environnement immédiat. Le second axe (n = 920) se focalise sur les liens entre l'approche structurale et les rapports intergroupes. Il témoigne de l'importance de la fonction identitaire des représentation sociales en indiquant que le fait de partager ou non un élément central d'une représentation sociale agirait sur la manière dont les individus s'auto-catégorisent et catégorisent autrui comme membre du groupe. Finalement, au travers de la prise en compte de l'approche structurale, ce travail souligne l'intérêt d'une articulation entre la théorie des représentations sociales et des champs d'étude généralement appréhendés indépendamment de cette dernière.


  • Résumé

    Within the framework of this PhD thesis we attempt to articulate the structural approach of social representations with the fields of emotions and intergroup relations. Thus, this work gets organized around two main lines of research. The first part (n = 340) focuses on the impact of the invalidation or the confirmation of central or peripheral cognitions on emotions with the goal of enlightening the role that the latter might play within the representational dynamic. Both research conducted in this occasion bring us to consider that the peripheral system would generates emotions that would lie at the heart of the process leading people to react to changes in their immediate environment. The second part (n = 920) focuses on the links between the structural approach and intergroup relations. It highlights the importance of the social identity function of social representations by indicating that fact of sharing (or not) a central element of a social representation would influence the way people self-categorize and categorize others as members of the group. Finally, through the consideration of the structural approach, this work emphasizes the interest of establishing connections between the social representation theory and other fields of study that are generally considered as independant.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (352 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 232-255. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.