La fortune de l'oeuvre politique de John Locke dans la République des Lettres (1686-1704)

par Delphine Soulard

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Jean Viviès et de Pierre Lurbe.

Soutenue le 05-04-2013

à Aix-Marseille , dans le cadre de Ecole Doctorale Langues, Lettres et Arts (Aix-en-Provence) .

Le président du jury était Anne Dunan-Page.

Le jury était composé de Jean Viviès, Pierre Lurbe, Anne Dunan-Page, Ann Thomson, Franck Lessay.

Les rapporteurs étaient Ann Thomson, Franck Lessay.


  • Résumé

    Dans les années 1960, Peter Laslett fut à l'origine d'une révolution dans les études lockiennes, donnant lieu à un renouvellement de l'intérêt porté à « l'intention » de l'auteur. Ce champ ayant été largement exploré, les historiens se penchent à présent sur la question de la « réception » de la politique de Locke. Toutefois, les études traitent essentiellement de sa réception en Angleterre et aux Etats-Unis, si bien que la question de sa réception sur le Continent reste un champ vierge d'étude. On sait pourtant que Locke passa une longue partie de sa vie en exil, où il évolua dans les cercles huguenots du Refuge hollandais. C'est à leur contact que ses idées s'affinèrent et après son retour en Angleterre, ses vieux amis en assurèrent la connaissance dans toute l'Europe. Mon travail de thèse vise donc à montrer l'influence qu'exercèrent les huguenots du Refuge sur la fortune de l'œuvre politique de Locke, en analysant le rôle « d'intermédiaires » qu'ils jouèrent dans la diffusion journalistique, la traduction et l'édition de l'œuvre politique de Locke dans la République des Lettres, conjurant par là le sort vouant Locke à n'être connu qu'en Angleterre.


  • Résumé

    In the 1960s, Peter Laslett sparked some kind of revolution in Lockian studies, which rekindled an interest in the “intention” of the author. The field has been widely explored and historians now tend to focus their attention on the question of the “reception” of Locke's politics. However such studies mainly deal with the reception of Locke in England and America, leaving the field of the reception of Locke on the Continent virtually untrodden. And yet, it is a well-known fact that Locke spent great part of his life in exile, notably in Holland (1683-1689), where he moved in Huguenot circles. This allowed him to hone his ideas, and after his return to England, his good old friends took it upon themselves to spread his ideas in the whole of Europe.The aim of my doctoral thesis is to show how much the fortune of Locke's politics owes to the Huguenots of the Refuge, by studying the role of “intermediaries” that they played in reviewing Locke's works in the periodical press, in translating and editing Locke's political works in the Republic of Letters, thereby evading the ill fortune dooming Locke to being only known in England.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.