La culture afro-vénézuelienne comme mécanisme de résistance et d'intégration dans les quartiers populaires de caracas : Etude de la fête de la Saint Jean-Baptiste

par Émilie Verger

Thèse de doctorat en Etudes ibériques et latino-américaines

Sous la direction de Andrés Bansart.

Soutenue le 18-12-2012

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours ; 1996-2018) , en partenariat avec Interactions culturelles et discursives (Tours) (équipe de recherche) .

Le président du jury était François Delprat.

Le jury était composé de Alfredo Gomez-Muller.

Les rapporteurs étaient Michèle Guicharnaud-Tollis.


  • Résumé

    Le Venezuela est un pays d'une grande diversité culturelle. La population a des origines indigènes, africaines et européennes. Cette diversité a longtemps été ignorée. Depuis le début des années 2000, et dans le contexte du processus politique de la Révolution Bolivarienne d'Hugo Chávez, la diversité culturelle du peuple vénézuélien est mise en valeur. En effet, l'objectif est de définir et consolider l'identité nationale à partir de cette diversité.Les Afro-vénézuéliens ont longtemps souffert d'une certaine discrimination. Au début du XXe siècle, de nombreux descendants d'esclaves africains, originaires des campagnes migrent vers Caracas. La majorité s'installe dans les quartiers populaires (barrios) et se retrouve dans une situation d'exclusion et de marginalisation. A cela il faut ajouter une certaine perte des repères. Au début des années 80, la culture populaire et les traditions afro-vénézuéliennes apparaissent comme une manière de construire une nouvelle identité. Des groupes culturels afro-vénézuéliens décident de réinterpréter une fête populaire traditionnelle dans ces barrios, la fête de la Saint Jean. A partir de l'étude de cette fête de 2006 à 2012, nous avons essayé de déterminer dans quelles mesures les actions de ces groupes culturels afro-vénézuéliens peuvent contribuer à l'affirmation et la reconnaissance de l'identité afro-vénézuélienne et permettre une meilleure cohésion sociale et intégration de la population de ces quartiers.

  • Titre traduit

    Afrovenezuelian culture as a mecanism of resistance and integration in the barrios of Caracas : study of the San Juan Fiesta


  • Résumé

    Venezuela is a country with an important cultural diversity. The population has Indigenous, African and European origins, though this diversity has long been ignored. Since the beginning of the 2000's, within the political process of the Bolivarian Revolution led by President Hugo Chavez, the cultural diversity of Venezuelans has begun to be recognized. The objective has been to define and reinforce national identity based on cultural diversity. Afro-Venezuelans have been victims of discrimination. At the beginning of the twentieth century, many descendants of African slaves migrated from the countryside to urban Caracas. The great majority settled in barrios and lived in a situation of exclusion and marginalization and, in addition, lost a great deal of their references. At the beginning of the eighties, popular culture and Afro-Venezuelan traditions appeared as a way to construct a new identity. Afro-Venezuelan cultural groups decided to reinterpret a traditional popular festival in these barrios, the Festival of San Juan. By the study of this festival, from 2006 to 2012, we studied how the actions of Afro-Venezuelan cultural groups can contribute to affirm and recognize Afro-Venezuelan identity and lead to an increase in social cohesion and integration of the population in these barrios.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.