Goethe, Musil, Svevo, de l'universalisme heureux à l'indétermination malheureuse

par Emmeline Céron

Thèse de doctorat en Littératures Comparées

Sous la direction de Philippe Chardin.

Soutenue le 03-12-2012

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours) , en partenariat avec Interactions culturelles et discursives (équipe de recherche) .

Le président du jury était Anne-Rachel Hermetet.

Le jury était composé de Catherine Douzou.

Les rapporteurs étaient Pascal Dethurens.


  • Résumé

    La confrontation des utopies et de la Weltanschauung goethéennes avec les différents modes d’expression, dans les œuvres de fictions de Robert Musil et d’Italo Svevo, de la crise de la conscience européenne du début du XXème siècle et la rencontre, notamment, de l’âge d’or du roman de formation « heureux » qu’incarne l’œuvre de Goethe et de l’indétermination qui caractérise les œuvres de Svevo ou de Musil, permettent de mesurer l‘évolution de la conception de l’individu et du processus d’individuation ainsi que de sonder la nature des nouveaux enjeux qui accompagnent la permanence de préoccupations telles que les questions du Moi, de destin et de hasard, de morale, ou d’esthétique. D’autre part, il s’agit d’observer comment les idéaux et fantasmes mythiques (tentations faustiennes, désir de savoir absolu, idéal communautaire, mythe de l’androgyne primordial) qui habitent déjà la spiritualité goethéenne retrouvent une place dans le contexte crépusculaire de la crise européenne de l’individualité ou dans la figuration littéraire d’un monde en déclin, sans échapper cependant au caractère lucide et ironique des plumes respectives de Musil et de Svevo.

  • Titre traduit

    Goethe, Musil, Svevo, of the happy universalism in the unfortunate indecision


  • Résumé

    On the one hand, the comparison of the Goethean utopias and Weltanschauung with the various modes of expression, in the works of fictions of Robert Musil and Italo Svevo, of the crisis of the European consciousness of the beginning of the XXth century and the meeting, in particular, between the golden age of the "happy" novel of formation that the work of Goethe embodies and the indetermination which characterizes the works of Svevo or Musil, allow to measure the evolution of both the conception of the individual and the process of individuation as well as to sound the nature of the new stakes which accompany the permanence of concerns such as the questions of the Me, the fate and the chance, the morality or the aesthetics. On the other hand, it is a question of observing how the ideals and the mythical fantasies (Faustian temptations, desire for absolute knowledge, ideal community, myth of the primitive androgyne) which already live in the Goethean spirituality find a place in the crepuscular context of the European crisis of the individuality or in the literary representation of a world in decline, without escaping however the lucid and ironic character of the respective styles of Musil and Svevo.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.