Activité d'éclairs et paramètres physiques issus de l'observation radar dans les orages : application au projet HyMeX

par Magalie Buguet

Thèse de doctorat en Physique de l'atmosphère

Sous la direction de Serge Soula et de Sylvain Coquillat.

Soutenue en 2012

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Le Sud-Est de la France est régulièrement soumis à des épisodes de pluies intenses en automne, entraînant parfois des inondations ayant un fort impact sociétal. L'un des sujets de recherche du projet HyMeX (Hydrological cycle in the Mediterranean Experiment) porte d'ailleurs sur l'amélioration de la compréhension et de la prévision de tels phénomènes. La particularité du nuage orageux est la production d'éclairs, précédée par l'électrisation du nuage. Des études ont montré que la présence simultanée de graupels, de cristaux de glace et d'eau surfondue dans les zones convectives était nécessaire à l'établissement de l'électrisation. Il existe donc un lien entre ces paramètres et l'occurrence d'éclairs. Le but de cette thèse est d'identifier et de quantifier des relations entre éclairs nuage-sol et paramètres nuageux en France métropolitaine et particulièrement dans le Sud-Est. Pour ce faire une analyse multi-variables a été réalisée à partir de plusieurs jeux de données : électrique (observation d'éclairs nuage-sol, Météorage) et radar (Dopplers : restitution des champs 3D de réflectivité et de vent, et polarimétriques : restitution de la microphysique, Météo-France). L'étude a été menée sur deux régions : la région parisienne et la région Sud-Est. Les résultats obtenus permettent notamment d'établir des relations linéaires quantifiables entre volume de réflectivité supérieure à 40 dBZ et taux d'éclair nuage-sol ainsi qu'entre masse de glace précipitante (principalement composée de graupel) et taux d'éclair. Une application de " l'hypothèse des flux de glace " basée sur le mécanisme d'électrisation non-inductif des orages a également été testée et montre des résultats encourageants entre produits des flux de masse de glace précipitante et non précipitante et taux d'éclair. La comparaison des résultats régionaux a montré un caractère plus facilement généralisable de la relation entre forte réflectivité et taux de CG. Au contraire, les relations basées sur les masses de glace semblent plutôt avoir un caractère régional. L'étude du premier cas considéré comme représentatif de la campagne HyMeX a permis la comparaison de la restitution des masses de glace à partir des données provenant de deux radars du réseau opérationnel de Météo-France (l'un en bande C, l'autre en bande S). Cette étude fait apparaître que la masse de glace précipitante semble sensible à l'instrument utilisé pour la restituer contrairement à la glace non précipitante (cristaux de glace et neige sèche).

  • Titre traduit

    Lightning activity physical parameters deduced from radar observation in thunderstorms : application to the HyMeX project


  • Résumé

    Regularly in autumn, high precipitating events occur in southeastern France, leading sometimes to floods or flash-floods having a high societal impact. One of the research topics of the Hydrological cycle in the Mediterranean Experiment (HyMeX) project is the improvement of the understanding and of the forecast of these events. The particularity of thunderclouds is the production of lightning flashes, preceded by the electrification of the cloud. Past studies have shown that the simultaneous presence of graupels, ice crystals and supercooled water in the convective areas was necessary to the establishment of the electrification. So a link exists between these parameters and the occurrence of lightning flashes. The goal of this thesis is to identify and quantify the relationships between cloud-to-ground flashes and thunderclouds parameters for storms in France, and especially in the southeast. In this aim, a multi-parameter analysis is performed based on several data sets: cloud-to-ground lightning impacts (from Météorage), 3D radar reflectivity and wind fields deduced from the multiple-Doppler analysis of operational ARAMIS Doppler data (Météo-France) and microphysics information inferred from observations of the dual polarization radars (Météo-France). The study is lead on two regions: Paris region and the southeast of France. Results show a quantifiable linear relationship between volume of radar reflectivity higher than 40 dBZ and cloud-to-ground flash rates, as well as between precipitating ice mass (mainly composed by graupel) and cloud-to-ground flash rates. An application of the "ice fluxes hypothesis", based on the non-inductive mechanism of electrification of the storm, is also tested. It shows encouraging results between the flash rate and the product of precipitating and non-precipitating ice mass fluxes. The comparison of regional results shows a behavior that seems to be more easily generalized for the relationships between high radar reflectivity and the cloud-to-ground flash rate. On the contrary, the relationships based on the ice masses seem to exhibit a regional behavior. The study of the first event considered as representative of the HyMeX campaign allowed to compare the restitution of ice masses based on data sets from two radars of the operational network of Météo-France: one is a C-band radar and the other an S-band radar. This study shows that the precipitating ice mass seems sensitive to the instrument selected to restitute it while the non-precipitating ice mass (ice crystals and dry snow) does not seem so.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (164 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 155-162

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 TOU3 0188
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.