État bucco-dentaire et désordres métaboliques

par Catherine Benguigui

Thèse de doctorat en Epidémiologie

Sous la direction de Jean Ferrières.

Soutenue en 2012

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Contexte: L'obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète, ont été associées dans la littérature à la présence de conditions bucco-dentaires défavorables, en particulier à une maladie d'origine infectieuse à support inflammatoire qui affecte les tissus de soutien des dents, la parodontite. Ces maladies sont toutes mises en relation avec des désordres du métabolisme, plus connus sous la terminologie de syndrome métabolique. Le syndrome métabolique repose sur la présence plus ou moins constante selon les définitions d'une hyperinsulinémie, d'une obésité abdominale, d'une hypertension, de dyslipidémies et d'une hyperglycémie, dont le lien physiopathologique commun est l'insulino-résistance. L'infection, l'inflammation et le stress oxydatif pourraient constituer les médiateurs des associations décrites dans les publications entre maladie parodontale et syndrome métabolique. La place de l'insulino-résistance dans ces relations a été à ce jour assez peu examinée. Nos objectifs de recherche ont été d'une part de vérifier l'hypothèse de l'existence de relations entre insulino- résistance et parodontite, et d'autre part de préciser parmi les marqueurs de la parodontite, lesquels sont les plus associés à l'obésité. Matériel et méthode: Parmi les sujets recrutés dans l'étude MONA LISA en Haute-Garonne, 255 sujets âgés de 35 à 74 ans ont accepté de participer à des examens additionnels bucco-dentaires. Les données anthropomorphiques, les facteurs de risque cardiovasculaire, et les paramètres biologiques ont été évalués pour l'ensemble de ces sujets. Les données de l'enquête nutritionnelle ont été recueillies pour 186 d'entre eux. Le nombre de dents absentes, l'indice de plaque dentaire (PI), l'indice gingival (GI), la profondeur de poche parodontale (PD), la perte d'attache clinique (CAL) ont été colligés. La présence d'une parodontite modérée ou sévère a été définie selon les critères de Page & Eke, 2007. Résultats: Nous avons mis à jour dans une première publication l'existence d'associations significatives entre le HOMA-IR index (homoeostasis model assesment of insulin résistance) un marqueur de l'insulino-résistance, et la présence de parodontites sévères, après un ajustement sur les facteurs de risque de la maladie parodontale. Cet index a également été associé à la présence de sites avec des CAL= 4mm, des CAL= 5mm, et des PD=4mm. Ces associations disparaissent chez les non fumeurs. D'autre part, dans une deuxième publication nous avons montré que parmi les différents paramètres de la maladie parodontale, seuls la plaque dentaire (PI=2) et l'indicateur de poches parodontales (PD=4mm) demeurent associés à l'obésité après un ajustement sur les facteurs de risque de l'obésité, dont les régimes alimentaires, les apports caloriques, l'activité physique et l'insulino-résistance. Conclusion: Ces résultats soulignent le rôle clef de l'insulino-résistance dans les relations entre désordres métaboliques et parodontite, et identifient la plaque dentaire et la présence de poche parodontale comme des conditions en lien avec l'obésité. La nature de ces relations reste à évaluer de façon plus précise dans des études prospectives.

  • Titre traduit

    Oral health and metabolic disorders


  • Résumé

    Background: Poor oral conditions have been previously related to metabolic disorders, such as poor glycemic control, endothelial dysfunction, abdominal obesity and dyslipidemia. These disturbances are part of specific metabolic state, the so-called "Metabolic Syndrome" defined by a cluster of clinical and biological abnormalities, influenced by insulin-resistance and promoting cardiovascular diseases and diabetes. Several epidemiological studies have suggested that periodontitis, an infectious inflammatory disease affecting the tissues around the teeth, is associated with metabolic disorders. These relationships could be mediated by infection, low-grade inflammation, oxidative stress and insulin resistance, but investigations are still needed to better understand the relationships linking oral conditions and metabolic disorders. The aims of our researches were to assess the potential associations between metabolic syndrome, its various components, insulin-resistance, and periodontitis, and to explore oral conditions related to obesity in a cross sectional study. Materials and Methods: The study included 276 subjects (35-74 years) recruited within MONALISA Haute-Garonne cross-sectional survey. Twenty-one were excluded because of infectious risk or total tooth loss. Anthropometric data, cardiovascular risks factors and biological parameters were collected. Data collection also included a food-frequency questionnaire for a part of the sample (186 subjects). Clinical Attachment Loss (CAL), Probing Pocket Depth (PD), gingival index (GI) and plaque index (PI) were recorded. Periodontitis was classified into moderate and severe forms according the definition proposed by Page & Eke 2007. Results: We have shown in the first publication, the existence of significant associations between HOMA-index (homeostasis model assessment of insulin-resistance) a marker of insulin resistance and severe periodontitis after a full adjustment on periodontitis risk factors. Insulin resistance was also found to be associated with the number of periodontal sites with CAL = 4 mm, CAL = 5 mm, or PD = 4 mm (greater number for higher HOMA-index values). This disappeared in never-smokers. In a second paper, we have found significant relationships between markers of poor oral conditions such as dental plaque (PI = 2) and probing pocket depth (PD = 4 mm) and high BMI or obesity, after various adjustments on risk factors for obesity including plasma insulin, energy intake, dietary patterns, physical activity level and CRP. Conclusion: Our results pointed out the key role of insulin resistance in the relationships between metabolic disorders and periodontitis and identified dental plaque and pockets deep as two oral conditions related to obesity. Future researches will have to focus on the investigation of the respective roles of inflammation, oral microflora and insulin-resistance on weight gain. Prospective follow-ups and experimental studies will explore the related causal chain.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (242 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 181-222

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 TOU3 0178
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.