État bucco-dentaire et désordres métaboliques

par Catherine Benguigui

Thèse de doctorat en Epidémiologie

Sous la direction de Jean Ferrières.

Soutenue en 2012

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Oral health and metabolic disorders


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Contexte: L'obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète, ont été associées dans la littérature à la présence de conditions bucco-dentaires défavorables, en particulier à une maladie d'origine infectieuse à support inflammatoire qui affecte les tissus de soutien des dents, la parodontite. Ces maladies sont toutes mises en relation avec des désordres du métabolisme, plus connus sous la terminologie de syndrome métabolique. Le syndrome métabolique repose sur la présence plus ou moins constante selon les définitions d'une hyperinsulinémie, d'une obésité abdominale, d'une hypertension, de dyslipidémies et d'une hyperglycémie, dont le lien physiopathologique commun est l'insulino-résistance. L'infection, l'inflammation et le stress oxydatif pourraient constituer les médiateurs des associations décrites dans les publications entre maladie parodontale et syndrome métabolique. La place de l'insulino-résistance dans ces relations a été à ce jour assez peu examinée. Nos objectifs de recherche ont été d'une part de vérifier l'hypothèse de l'existence de relations entre insulino- résistance et parodontite, et d'autre part de préciser parmi les marqueurs de la parodontite, lesquels sont les plus associés à l'obésité. Matériel et méthode: Parmi les sujets recrutés dans l'étude MONA LISA en Haute-Garonne, 255 sujets âgés de 35 à 74 ans ont accepté de participer à des examens additionnels bucco-dentaires. Les données anthropomorphiques, les facteurs de risque cardiovasculaire, et les paramètres biologiques ont été évalués pour l'ensemble de ces sujets. Les données de l'enquête nutritionnelle ont été recueillies pour 186 d'entre eux. Le nombre de dents absentes, l'indice de plaque dentaire (PI), l'indice gingival (GI), la profondeur de poche parodontale (PD), la perte d'attache clinique (CAL) ont été colligés. La présence d'une parodontite modérée ou sévère a été définie selon les critères de Page & Eke, 2007. Résultats: Nous avons mis à jour dans une première publication l'existence d'associations significatives entre le HOMA-IR index (homoeostasis model assesment of insulin résistance) un marqueur de l'insulino-résistance, et la présence de parodontites sévères, après un ajustement sur les facteurs de risque de la maladie parodontale. Cet index a également été associé à la présence de sites avec des CAL= 4mm, des CAL= 5mm, et des PD=4mm. Ces associations disparaissent chez les non fumeurs. D'autre part, dans une deuxième publication nous avons montré que parmi les différents paramètres de la maladie parodontale, seuls la plaque dentaire (PI=2) et l'indicateur de poches parodontales (PD=4mm) demeurent associés à l'obésité après un ajustement sur les facteurs de risque de l'obésité, dont les régimes alimentaires, les apports caloriques, l'activité physique et l'insulino-résistance. Conclusion: Ces résultats soulignent le rôle clef de l'insulino-résistance dans les relations entre désordres métaboliques et parodontite, et identifient la plaque dentaire et la présence de poche parodontale comme des conditions en lien avec l'obésité. La nature de ces relations reste à évaluer de façon plus précise dans des études prospectives.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (242 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 181-222

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 TOU3 0178
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.