Évaluation aux urgences des facteurs de risque pour la récidive suicidaire dans l'année

par Géraldine Riedi

Thèse de doctorat en Neurosciences, comportement et cognition

Sous la direction de Philippe Birmes et de Monique Séguin.

Soutenue en 2012

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Les facteurs de risque du suicide et des tentatives de suicide font l'objet de nombreuses études dans l'épidémiologie des comportements suicidaires. Cependant peu d'études se sont intéressées à la récidive des comportements suicidaires après une hospitalisation aux Urgences pour une tentative de suicide. Notre étude s'est attachée à déterminer les facteurs de risque associés à la récidive suicidaire dès le passage aux Urgences pour une tentative de suicide initiale, afin d'évaluer et d'orienter de façon optimale les patients après un geste suicidaire. Méthode : Etude prospective sur une année des récidives de tentatives de suicide portant sur 606 patients admis aux urgences pour intoxication médicamenteuse volontaire. L'évaluation, au lit du malade, s'est portée sur l'intensité du risque suicidaire par le questionnaire d'intentionnalité suicidaire de Beck (SIS); le niveau d'alexithymie par l'échelle d'alexithymie de Toronto à 20 items (TAS20); l'intensité de la dépression par l'inventaire abrégé de dépression de Beck (BDI); le niveau de désespoir par l'échelle de désespoir de Beck (H); le niveau de dépendance à l'alcool par le questionnaire (AUDIT) ; et d'autres troubles psychiatriques par le questionnaire " Mini International Neuropsychiatric Interview " (M. I. N. I). Pour chaque sujet inclus, les admissions aux Urgences pour conduite suicidaire, quelle que soit la modalité, ont été renseignées grâce à l'informatisation des données médicales durant l'année suivant la date d'inclusion, et ont permis de créer les variables " récidive " et " récidive multiple". Résultats : Parmi les 606 participants, 418 femmes (69%) et 188 hommes (31%), d'âge moyen 38 ans (SD= 13. 2), 140 (23,1%) ont été réadmis aux CHU pour un geste suicidaire dans l'année après l'évaluation et parmi eux, 61 (10. 1%) ont été réadmis plus d'une fois. Un traitement antipsychotiques ou anxiolytiques, le niveau de dépendance à l'alcool et le statut " célibataire " étaient des prédicteurs significatifs de la récidive à 1 an. Un traitement antipsychotiques ou anxiolytiques et le niveau de dépendance à l'alcool étaient des prédicteurs significatifs de multiples récidives. Conclusion : Il est important, dès le passage aux Urgences pour une tentative de suicide, d'évaluer de façon complète les facteurs pouvant influencer un nouveau passage à l'acte, afin d'orienter les patients vers des structures adaptées à leurs besoins.

  • Titre traduit

    Risk for repeated deliberate self-harm in a year


  • Résumé

    Background and objectives: Risk factors for suicide and deliberate self-harm are the subject of many studies in the epidemiology of suicidal behaviour. However few studies have focused on the recurrence of suicidal behaviours after hospitalization in the emergency department for a deliberate self-harm. The aim of this study is to identify specific risk factors for repeated deliberate self-harm among patients admitting following a deliberate self-harm by acute intoxication to assess and orient in an optimal way after patients' suicidal act. Methods: A prospective year study was conducted with 606 patients admitted to the Emergency Room as a result of self-poisoning. The assessment, in the emergencies, fell on the intensity of suicidal intent with the Beck Suicidal Intent Scale (SIS), the level of alexithymia with the Toronto Alexithymia Scale-20 (TAS 20), the intensity of depression with the The Beck Depression Inventory-13 (BDI), the level of hopelessness with the Beck Hopelessness Scale, the level of alcohol dependence with the Alcohol Use Disorders Identification Test (AUDIT), and other psychiatric disorders with the Mini International Neuropsychiatric Interview (M. I. N. I. ). For each subject included, emergency admissions for suicidal behaviour, regardless of the modality, were informed with the computerization of medical data in the year following the date of inclusion, and have created the variable "relapse" and" multiple recurrences ". Results: Among the 606 participants, 418 women (69%) and 188 men (31%), mean age 38 years (SD= 13. 2), 140 (23. 1%) readmitted in the year after the evaluation and 61 (10. 1%) were readmitted more than 2 times. Antipsychotic and anxiolytic treatment, addiction to alcohol and marital status "single" were significant independent predictors of recurrence at 1 year. Antipsychotic and anxiolytic treatment and addiction to alcohol were significant independent predictors multiple recurrence. Conclusion: Upon an initial ER admission as a result of self-poisoning, it is important to evaluate specific factors, such as alcohol abuse, that could subsequently lead to repeated deliberate self-harm. In view of improving the targeting and referral of patients towards structures that can best respond to their needs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (197 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 118-155

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 TOU3 0061
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 9788
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.