Modélisation eulérienne de l'habitat de ponte et de la dynamique des larves des anchois et sardines dans le système d'upwelling du Pérou

par Olga Hernández

Thèse de doctorat en Océanographie

Sous la direction de Philippe Gaspar, Patrick Lehodey et de Arnaud Bertrand.

Soutenue en 2012

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Eulerian modelling of anchovy and sardine spawning habitat and larvae dynamics in the peruvian upwelling system


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le Système du Courant de Humboldt est l'écosystème le plus productif au monde en termes de biomasse de poisson. Ses espèces principales, l'anchois Engraulis ringens et la sardine Sardinops sagax, ont connu d'importantes variations historiques de leurs stocks, une particularité dont l'origine est encore débattue. L'objectif de ce travail est d'implémenter pour la première fois une approche eulérienne se focalisant sur les premiers stades de vie des anchois et sardines du Pérou, et visant à étudier l'influence des paramètres environnementaux et de la variabilité climatique sur la dynamique des populations et les variations de leurs stocks. Le modèle est adapté du modèle eulérien de dynamique spatiale des écosystèmes SEAPODYM, initialement développé pour les grands poissons pélagiques à l'échelle du bassin océanique, et utilise le modèle couplé physico-biogéochimique ROMS-PISCES en entrée. Afin de contraindre les paramètres du modèle, nous avons développé une approche par assimilation de données basée sur un jeu unique de données de densités d'oeufs et de larves, acquis par l'Institut de la Mer du Pérou au cours des 40 dernières années. Le modèle permet de tester différents mécanismes susceptibles de contrôler l'habitat de ponte et le recrutement larvaire : température optimale, abondance des proies, présence/absence de prédateurs, et influence des courants sur la rétention et la dispersion. Nous montrons que la combinaison de quelques concepts simples permet d'expliquer raisonnablement la répartition spatiale des oeufs et larves ainsi que la variabilité interannuelle, mais la description actuelle ne permet pas d'expliquer la saisonnalité observée dans les zones côtières.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (282 p.)
  • Annexes : Références bibliogr. en fin de chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2012 TOU3 0057
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.