Éducation familiale et rapport au savoir chez des garçons et des filles tunisiens de première année d'école primaire : une approche interactionniste sociale

par Aïcha Ben Miled

Thèse de doctorat en Psychologie du développement

Sous la direction de Yves Prêteur.

Le jury était composé de Myriam de Leonardis.

Les rapporteurs étaient Huguette Desmet, Marie Santiago Delefosse.


  • Résumé

    L’objectif de cette recherche est d’analyser l’impact des processus éducatifs sous-jacents à l’élaboration du rapport au savoir chez des garçons et des filles tunisiens scolarisés en première année de l’école primaire. Nous centrons notre étude sur l’analyse des processus psychologiques selon les dimensions impliquées dans la construction identitaire et sociale du sujet. En accord avec notre approche interactionniste sociale qui privilégie l’étude de l’interstructuration entre l’individu et ses milieux de vie, nous avons mené des entretiens auprès de 16 enfants et des trois dyades : parents-enfants, élèves-enseignants et parents-enseignants. Notre approche qualitative repose sur une démarche d’analyse inductive basée essentiellement sur l’étude de cas singuliers de garçons et de filles selon des styles éducatifs prototypiques. Les résultats révèlent que les enfants élaborent des formes hétérogènes de rapport au savoir dès le début de l’entrée à l’école. Nos analyses permettent d’établir l’existence d’une concordance entre les styles éducatifs parentaux et les figures du rapport au savoir élaborées par les jeunes enfants-élèves. Il s’avère que si l’influence du milieu familial est déterminante, elle n’est pas exclusive si nous considérons d’une part, l’action dialectique des diverses milieux de vie et d’autre part, l’activité de réappropriation singulière du sujet comme acteur de son propre développement. De ce point de vue, les interactions avec l’enseignant peuvent donner du sens aux activités scolaires, enrichir l’expérience scolaire et susciter le rapport au savoir des élèves.

  • Titre traduit

    Family education and relationship to knowledge among Tunisian boys and girls in first year of primary school : social interactionism theory


  • Résumé

    This research aims to analyse the impact of educational processes underlying the elaboration of the relationship to knowledge among Tunisian boys and girls in the first year of primary school. We focus our study on the analysis of psychological processes according to the dimensions involved in the identity and social building of the subject. In line with our social interactionism theory, which favours the study of the interstructuration between the individual and his environment, we have carried interviews among 16 children and the three dyads : parents-children, students-teachers and parents-teachers. Our qualitative approach is based on an inductive analysis mainly focused on the study of singular cases of boys and girls according to prototypical educational styles. Results show that children elaborate heterogeneous forms of relationship to knowledge as soon as they enter school. Our analyses allow us to establish the existence of coherence between parental educational style and the figures in the relationship to knowledge, as elaborated by the young children-students. It appears that while the influence from family environment is crucial, it is not exclusive if we consider the dialectic action of various environments on the one hand, and the singular domestication activity of the subject as a self-developing actor, on the other hand. From this point of view, interactions with teachers may be meaningful to school activities, enrich the school experience and encourage students' relationship to knowledge.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.