La céramique dans le territoire industriel de Martres-Tolosane depuis le XVIe siècle

par Stéphane Piques

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Michel Minovez.

Le jury était composé de Jean-Claude Daumas, Jean-Marc Olivier.

Les rapporteurs étaient Nicolas Marty, Jean Rosen.


  • Résumé

    Le territoire industriel dont Martres-Tolosane est devenu le centre éponyme a une histoire ancienne. L’origine de la production céramique moderne est italienne et remonte au XVIe siècle. Peut-être attirés par les seigneurs locaux, les premiers potiers qui s’installent à Plagne, village proche de Martres, profitent de la présence de marnes calcaires et de forêts abondantes. Dès 1737, des faïenciers, principalement issus de Nevers, arrivent dans les nouvelles manufactures de faïence de Marignac-Laspeyres, Martres-Tolosane et Terrebasse. Après la Révolution, un « Système Productif et Commercial Localisé » se met en place. La pluri-activité des paysans-ouvriers est au cœur de ce système soutenu par une population en forte croissance et par la modicité des capitaux initiaux nécessaires. Des fermes-ateliers et des petites fabriques se créées sur une vingtaine de communes autour de Martres et commercent jusqu’à l’international. Cette réussite repose aussi sur la politique sociale des élites de Martres qui, en assurant une redistribution des revenus communaux, atténuent les effets de la prolétarisation, maintient des salaires bas et perpétuent la société rurale ancienne. La dépopulation de la seconde moitié du XIXe siècle touche l’activité qui se rétracte et ne résiste qu’en s’adaptant à la demande en faïence traditionnelle. Les faïenciers copient les motifs des centres français réputés, stratégie de niche qui leur permet de fournir en faïence-cadeaux durant le XXe siècle, les principales régions touristiques. En parallèle, la faïence s’ancre dans le territoire et devient un « produit de terroir » que la crise des années 1970 et les changements de mode semblent condamner.

  • Titre traduit

    Earthenware in the industrial area of Martres-Tolosane since the XVIth century


  • Résumé

    The industrial area of which Martres-Tolosane has become the eponymous center has a long history. The origin of modern ceramic production is Italian and goes back to the XVIth century. Maybe attracted by the local Lords, the first potters who settle in Plagne, a village near Martres, take advantage of the presence of calcareous clay and plentiful forests. As early as 1737, earthenware makers, mainly from Nevers, arrive in the new earthenware factories created locally. After the French Revolution, a "Productive and Commercial Localised System” is set up. The various activities of the peasant workers are at the heart of this system, supported by a fast growing population and by the small amount of initial capital necessary. Farm-workshops and small factories are established in about twenty communities around Martres and they trade even on the international level. This success is also supported by the social action of the elites of Martres who, by assuring a redistribution of the municipal income, alleviate the effects of the proletarisation, maintain low salaries and perpetuate the old rural society. The depopulation of the second half of the XIXth century affects the activity which retracts and survives only by adapting to the demand for traditional earthenware. Earthenware makers copy the motives of renowned French centers, a niche strategy which allows them to supply the main tourist regions with earthenware gifts during the XXth century. At the same time), earthenware takes root in the area and becomes a “product of the land” that the crisis of the 1970s and the changes of fashion seem to condemn.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.