Les marchands, fondateurs de civilisation, une épopée oubliée, XVe - XIXe siècle : une histoire sociale et culturelle de l’économie

par Trung Nguyen Huu

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Hau.

Le président du jury était Georges Bischoff.

Les rapporteurs étaient Étienne Thévenin, Jean-Claude Yon.


  • Résumé

    La Civilisation devrait être vue comme une évolution des mentalités au cours du temps, en Art, en systèmes économiques, politiques et sociaux. Ce sont les marchands et entrepreneurs qui en sont à l’origine. Le grand apport des marchands est la mise en évidence de réalités économiques, sociales, politiques et artistiques, qu’il a fallu extraire de la masse d’idées reçues, dogmes ou traditions pour les faire comprendre par le profit commercial qui en fut tiré, à un certain nombre d’individus jusqu’à atteindre une certaine masse critique avant que ces réalités soient acceptées par la majorité de la population. Ce sont des marchands italiens qui ont financé et participé aux premières expéditions maritimes portugaises pour découvrir de nouvelles terres en Afrique, Amérique et en Asie. Ce sont les entrepreneurs néerlandais qui ont découvert la « valeur ajoutée » par exemple en débitant le bois en planches au lieu de vendre brut. Ce sont eux qui ont créé l’entreprise moderne en l’ouvrant à des associés extérieurs et à des actionnaires à la famille, les polices d’assurance, la pratique de la comptabilité, les journaux permettant aux marchands de connaître les événements qui peuvent influer sur les prix des produits. Ce sont aussi les marchands néerlandais qui ont fini par obtenir au 16e siècle l’autorisation légale de prendre des intérêts sur l’argent prêté, ce qui jusqu’alors était strictement interdit par l’Eglise. Ce sont les marchands d’art flamands qui, en exportant les oeuvres de Van Eyck, de Memling, de Van der Goes, en Italie qui ont donné aux artistes italiens un nouveau sens des couleurs et de l’espace. Comme ce sont les marchands de la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales, la VOC, qui ont initié les Japonais aux sciences et à l’art de l’Occident. Il n’est pas surprenant que ce soient ces derniers à être les premiers asiatiques à s’ouvrir à l’Occident. Ce sont également les marchands qui ont créé au 18e siècle la société de consommation, laquelle a favorisé plus durablement que toutes les révolutions la rencontre des classes sociales. Cette société de consommation a conduit à la Révolution Industrielle qui a amené à la reconnaissance des droits des travailleurs et à la prise des responsabilités sociales des patrons, comme l’assurance-Maladie, l’éducation primaire gratuite des enfants d’ouvriers, sans parler de l’évolution des concepts de marketing sans lesquels il n’y aurait pas d’économie moderne. Ce sont les Imprésarios ou marchands de spectacles qui ont favorisé la prise de conscience des femmes, des Noirs aux Etats-Unis, de leur identité sociale et culturelle, comme ce sont les créateurs du Cinéma (les Frères Pathé, Gaumont, les Juifs Américains) qui ont rendu possible la mondialisation quasi instantanée de tous les événements renforçant ainsi le pouvoir de l’Opinion Publique, garant de la Démocratie.

  • Titre traduit

    Merchants and civilization, 15th-19th century : a social and cultural history of economy


  • Résumé

    Civilization should be understood as the progress of mentalities in the course of time, whether in Art, Economic, Political and Social systems. merchants and entrepreneurs are at the origin of this evolution. The great contribution by merchants was to extract from received ideas, dogmas and traditions, realities in the economic, social, political and art fields, and to make them understood by a number of individuals thanks to the commercial profits obtained from respecting these realities. When these individuals finally reached a critical number, these realities were accepted and adopted by the majority of the population.It is Italian merchants who financed and were parts of the first Portuguese sea voyages launched to discover new lands in Africa, America and Asia. Dutch entrepreneurs discovered the concept of “added-Value” , for example by selling wood as planks ready to use. It was they who created the modern enterprise by accepting shareholders from outside the founder’s family. It was they who invented insurance policies, the practice of accounting for better management, newspapers reporting events which could have an impact of the prices of products. It is also the Dutch merchants who in the 16th century, finally obtained from the State authorities the legal right to charge interests when lending money: till then such practice was absolutely forbidden by the Church. It was the Flemish art merchants who, by exporting to Italy works by Van Eyck, Memling Van der Goes… gave to Italian artists a new understanding of colours and of space. It was the merchants from the East India Company of the Netherlands (VOC) who initiated the Japanese to the Western sciences and art. It is therefore not surprising if the Japanese were the first Asians to open up to the West. It is also merchants who, in the 18th century created the Consumers’ Society which made possible the meeting of social classes in a more long lasting way than any political revolution. This Consumers’ Society led to the Industrial Revolution which in turn led to the recognition of the workers’ rights and to the duties of business owners to assume their social responsibilities such as social security, free primary education of the workers’ children. It also led to new marketing concepts without which there would not have been modern economy. It is the impresarios or entertainers who helped women and Black people in the USA, to become conscious of their social and cultural identities. In the same way, the movie entrepreneurs (the Pathe Brothers, Gaumont and the Jews who migrated to the USA from Central Europe) made possible the instantaneous globalization of the awareness of events, thus making Public Opinion an even stronger political force, without which no Democracy would be possible.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.