Les édifices à foyer central en Egée, à Chypre et au Levant de la fin de l'âge du bronze à l'Archaïsme (XIIe-VIe s. av. J.C.) : I, Texte

par Jérémy Lamaze

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Thierry Petit et de Bianca Maria Giannattasio.

Le président du jury était Anne Jacquemin.

Le jury était composé de Julien Zurbach, Nicola Cucuzza, Daniela Lefèvre-Novaro.

Les rapporteurs étaient Corinne Bonnet, Jean-Marc Luce.


  • Résumé

    Cette étude vise à analyser une série d’édifices connus sous le nom de « temples à foyer central » en Égée, à Chypre et au Levant, de la fin de l'Âge du Bronze à l'Archaïsme. Il s'agit essentiellement d' une étude architecturale et artefactuelle portant sur un type de construction souvent interprété comme l'habitat des élites durant la période dite des « Âges obscurs ». La présence d'un foyer-autel, comme point focal du culte, au sein de ces constructions, invite à considérer qu'ils ont un rôle non négligeable dans la genèse du temple grec. D’un bout à l’autre de notre cadre d’étude, ces édifices témoignent de salles de banquets destinées aux rituels des élites, dont l’action centrale réside dans la pratique du sacrifice animal. Ces pièces, souvent multifonctionnelles à plus d’un titre, donnent naissance aux premiers « temples des citoyens » dans le contexte des poleis crétoises. Ces testimonia se trouvent ici répertoriés dans un catalogue exhaustif, prenant en compte également les objets qui y étaient associés. La réflexion s’organise autour d’une première partie qui permet de remettre en question la nomenclature qui sert à l’analyse de ces monuments, avant de traiter la question des antécédents de cette forme architecturale à la fin de l’Âge du bronze pour chaque aire géographique concernée. Le chapitre suivant examine la dimension symbolique du feu dans ces civilisations, incarné dans l’Antiquité grecque par Hestia, la déesse du foyer, ainsi que son rôle sur le plan des institutions politiques (andreia, prytanées, etc.). La question des phénomènes d’influences, de syncrétismes religieux entre ces différentes régions de la Méditerranée est explorée dans le chapitre suivant, tant sur le plan de la culture matérielle (exotica, influences architecturales) que des croyances religieuses. Enfin un chapitre synthétise l’ensemble des données et des problématiques architecturales liées à ces édifices, auquel correspond une série de tableaux.

  • Titre traduit

    Central hearth buildings in the Aegean, in Cyprus, and in the Levant, from the end of the Bronze Age until the beginning of the Archaic Period (12th- 6th c. B.C.)


  • Résumé

    The aim of this study is to investigate a series of edifices found in the Aegean, on Cyprus and in the East dating from the end of the Bronze Age through to the Archaic Period and collectively referred to as ‘Hearth Temples’. The study is centered on an evaluation of the architecture and artefacts relating to a type of building often thought to have constituted elite housing from the so- called Dark Ages. The presence of a hearth/altar in the centre of these constructions, which served as a religious focal point, suggests that they played a significant role in the genesis of the Greek temple. Within the timeframe of this study, these buildings display banquet halls designed for elite rituals and in which the main activity was the practice of animal sacrifice. These rooms, often serving multiple functions, gave rise to the first ‘citizen temples’ within the context of Cretan poleis. The relevant testimonia are listed here in an exhaustive catalogue that also takes into account relevant object finds. The first part of the study concerns itself with a re- evaluation of the nomenclature associated with these monuments, before analyzing the antecedents to this type of architecture at the end of the Bronze Age and for each of the geographical regions in question. The following chapter questions the symbolic dimension of fire in these civilizations, incarnated in Greek antiquity by Hestia, the goddess of the hearth, as well as by her role in political institutions (andreia, prytaneis etc.). In the next chapter, the mutual influence these different Mediterranean regions had on each other is explored, both in terms of material culture (exotica, architectural influence) and in terms of religious beliefs (religious syncretism). The final chapter brings together all of the findings and summarizes the architectural problems associated with these buildings, for which a series of tables is also included.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.