Enseignement religieux et éducation spirituelle à la zāwiya de Tamgroute à l’époque du soufi Muḥammad Ibn Nāṣir (m.1085 / 1674)

par Ahmed Choukri

Thèse de doctorat en Etudes arabes

Sous la direction de Éric Geoffroy.

Soutenue le 25-09-2012

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Groupe d'études orientales, slaves et néohelléniques (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pierre Lory.

Les rapporteurs étaient Denis Gril.


  • Résumé

    Depuis la création de la zawiya de Tamgroute au sud du Maroc en 1575 ‘Amrū Ibn Aḥmad Al-Anṣārī, ses premiers maîtres se sont rendus compte que pour assurer la continuité, la pérennité et la crédibilité de leur institution religieuse, il est indispensable de mettre en place une école pour l’enseignement et l’apprentissage des sciences religieuses (‘ilm). C’est dans cette optique qu’Aḥmad Ibn Ibrāhīm, qui était à la tête de la zawiya à partir de 1634 a tout de suite pensé à faire venir un savant et faqīh, du nom de Muḥammad Ibn Nāṣir afin d’assurer l’enseignement du ‘ilm et donner, ainsi, un nouvel élan à Tamgroute. Aujourd’hui encore, des étudiants « ṭolba » ou « msāfrīn » y affluèrent de différentes régions du Maroc pour apprendre la langue arabe, la littérature et le ‘ilm. Le choix de ce sujet est dicté par le peu d’intérêt porté par des recherches aux écrits qui traitent l’enseignement traditionnel au Maroc. Depuis l’époque du protectorat où a débuté l’intérêt à ce type d’enseignement, qui était d’ailleurs le seul connu, ces dites recherches étaient succinctes et ne traitaient que brièvement ce type d’enseignement dans la zone urbaine surtout et dans un de ses aspects seulement qu’est le msīd ou école coranique. Alors que cet enseignement n’est pas évoqué dans le milieu rural, comme à Tamgroute où il était d’une grande envergure.

  • Titre traduit

    Religious education and spiritual education at the Zawiya of Tamgroute at the time of the Sufi Muḥammad Ibn Nāṣir (m.1085 / 1674)


  • Résumé

    Since the establishment of the Zawiya of Tamgroute in the south of Morocco in 1575 by ‘Amrū Ibn Aḥmad Al-Anṣārī, its first masters were aware of the importance of a school of religious sciences (‘ilm) in order to ensure the continuity and the credibility of their religious institution. Therefore, Aḥmad Ibn Ibrāhīm, who was at the helm of the zawiya starting from1634, recruited Muḥammad Ibn Nāṣir, a religious scholar and faqīh, to teach ‘ilm and give a new momentum toTamgroute. Even today, students, both ṭolba and msāfrīn, flock from the the four corners of Morocco to learn Arabic, literature and ‘ilm in Tamgroute.The limited scholarly interest in the literature of traditional education kindled my interest in this topic. Ever since the French Protectorate, during which interest in this type of education was started, scholarly works were very succint and their treatment of this type of education was very brief and mostly interested in urban areas. The msid or the Koranic school received much more attention. However, despite its large scale, traditional education in places like Tamgroute received scant attention.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.