Le monstre dans l'art contemporain : le corps (humain et animal) réinventé

par Valérie Etter

Thèse de doctorat en Arts visuels

Sous la direction de Germain Roesz.

Soutenue le 30-11-2012

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Valérie Arrault.

Le jury était composé de Françoise Vincent-Féria.

Les rapporteurs étaient Valérie Arrault, Gilbert Lascault.


  • Résumé

    Interroger la figure du monstre, paradoxalement, permet de questionner notre condition humaine. Si le corps est parfois envisagé sous son aspect tératologique dans l'art contemporain, déformé, défiguré, altéré de multiples façons, manipulé, métamorphosé, décomposé, etc., c'est parce que le monstre a le don de provoquer le regard, en générant tout à la fois fascination et répulsion. Tantôt réminiscences d'êtres fabuleux de civilisations anciennes, tantôt mutants de l'ère industrielle et génétique, les hybrides créés dans l'art d'aujourd'hui sont le miroir des rêves et des cauchemars, des fantasmes et des peurs de notre société. Ainsi, monstres, hybrides, androïdes forment un inquiétant bestiaire qui témoigne des phobies et obsessions corporelles de notre époque, alors que le corps entre dans « l'ère de sa reproductibilité technique » à travers la chirurgie esthétique ou la biotechnologie, qu’il tend à devenir obsolète tant la communication tend à se faire virtuelle. Le monstre possède le pouvoir de se faire métaphore, de devenir un double qui nous montre, (qui nous monstre), l'envers de nous-même, tout en nous permettant d’appréhender l’autre.

  • Titre traduit

    Monsters in contemporary art : (human and animal) body reinvented


  • Résumé

    Funnily enough, analysing the monster allows us to question the human condition. In contemporary art, the body is often considered as a technological entity, meaning deformed, disfigured, distorted in many ways, manipulated, metamorphosed, decomposed etc. Monsters force us to look at them with both fascination and repulsion. They can be either hybrids – echoes of those fabulous creatures belonging to ancient civilizations – or industrial and genetic mutants. As a matter of fact, monsters in contemporary art represent the dreams, nightmares, fantasies and fears of our modern society. Monsters, hybrids and androids compose an unsettling bestiary displaying the physical fears and obsessions of our present times where bodies can be technically reproduced (either by plastic surgery or biotechnology) or tend to vanish with communication becoming more and more virtual. They are metaphors, doubles revealing ourselves or the way we should approach others. Contemporary art transforms the human body into a phantasmagorical, marvellous, frightening or obscene memento mori that reminds us of our mortality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.